/news/politics

Réfugiés syriens: le Canada doit en faire plus plaide Trudeau

Après avoir accueilli 31 000 réfugiés syriens, le Canada doit en faire davantage pour aider à résoudre la crise mondiale, a plaidé Justin Trudeau devant l’ONU.

«Je ne veux pas perdre de vue le fait que l’engagement du Canada ne doit pas s’arrêter à la réinstallation des réfugiés. Nous avons la responsabilité – comme tous les pays – d’en faire plus pour aider à résoudre la crise mondiale des réfugiés et de la migration», a soutenu le premier ministre de passage au siège social des Nations Unies à New York.

«C’est maintenant le temps pour chacun d’entre nous de considérer ce que nous pouvons faire de plus pour y contribuer. Au Canada, nous regardons nos options», a-t-il ajouté.

Les pays ont signé la Déclaration de New York qui se veut non contraignante pour les réfugiés et les migrants.

«On y va progressivement. C’est quand même extrêmement important de voir autant de pays qui se sont entendus sur les grands principes et on se donne deux ans pour trouver des mécanismes très concrets pour pouvoir livrer la marchandise», a fait valoir la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau.

Hausse des budgets destinés à l'aide humanitaire

Le gouvernement Trudeau a aussi annoncé une hausse de 10% des budgets fédéraux de 2016 destinés à l'aide humanitaire, ainsi que de nouveaux fonds pluriannuels de plus de 64,5 millions $ pour aider des gens touchés par des crises humanitaires partout dans le monde, ainsi que 467 millions $ en programmation dans le cadre de la stratégie canadienne de lutte contre les crises en Syrie, en Iraq et dans la région environnante.

Le Canada a déjà accueilli 25 000 réfugiés syriens de novembre 2015 à février 2016. Le gouvernement compte en accueillir 44 000 en tout d’ici la fin de l’année, dont 17 800 parrainés par le secteur privé. Le gouvernement Trudeau dévoilera en novembre ses objectifs d’accueil des réfugiés syriens, et d’ailleurs, en 2017.

Le ministre de la Citoyenneté, John McCallum, a notamment vanté le parrainage des réfugiés par le privé.

«Si on peut avoir un groupe de réfugiés qui arrivent parrainés, acceptés par des groupes de Canadiens individuels, c’est beaucoup mieux que si vous avez des réfugiés qui arrivent de façon illégale et donc ça crée beaucoup de problèmes», a-t-il soutenu.

Dans la même catégorie