/news/politics

Lisée fait volte-face sur l'appui d'Adil Charkaoui à Cloutier

Charles Lecavalier | Agence QMI 

PHOTO PIERRE-YVES CHARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

Jean-François Lisée fait volte-face sur l’appui d’Adil Charkaoui à Alexandre Cloutier, mais refuse toujours de s’excuser.

«Adil Charkaoui n’est pas membre du PQ. Alexandre Cloutier n’a pas sollicité son appui. Adil Charkaoui est un homme détestable et s’il connaissait la position d’Alexandre Cloutier sur la laïcité, il ne pourrait pas l’appuyer», a lancé le candidat à la direction du Parti québécois mardi.

M. Lisée refuse toutefois de s’excuser, car il estime qu’il ne s’agit pas d’une erreur de fait, mais d’interprétation du mot «appui».

Vendredi, la course s’est transformée en bataille de ruelle. La députée Agnès Maltais, qui s’est rangée derrière M. Cloutier, a accusé Jean-François Lisée de faire une campagne de peur sur la burqa pour obtenir des votes.

M. Lisée a répliqué en fin de journée avec un message controversé sur les médias sociaux. «Toute une offensive de l'équipe Cloutier contre moi aujourd'hui. Agnès Maltais, pro-Alex, me reproche de vouloir faire peur aux Québécois. (...) Quand même, un beau travail d'équipe. Mais cette orchestration prévoyait-elle l'appui public de l'Imam Adil Charkaoui à la candidature de mon collègue Alexandre?», avait-il écrit.

Il se basait sur un message du Collectif québécois contre l’islamophobie, associé au prédicateur controversé: «Cloutier plaide pour l'ouverture et le renouveau alors que Lisée s'enfonce dans un débat identitaire et dans l'héritage de la charte islamophobe de (Bernard) Drainville».

Jean-François Lisée dispute maintenant la définition d’appui. Il reconnaît qu’Adil Charkaoui n’est pas membre du Parti québécois et ne peut donc pas voter pour Alexandre Cloutier et qu’il ne s’est pas officiellement rangé derrière le candidat. Lorsqu’il a écrit sa note, M. Lisée pensait davantage au concept américain d’«endorsement».

Il ne s’agit pas techniquement d’une erreur de fait, dit-il, puisque le message du Collectif était véridique et qu’il était important pour le public de savoir qu’ils étaient favorables à Alexandre Cloutier.

S’il a rectifié ses propos, c’est par «amitié et préoccupation» pour M. Cloutier, qui a reçu en retour des messages haineux et craignait pour sa sécurité. M. Lisée a affirmé aux journalistes qu’il n’aurait pas retiré de tels propos s’ils étaient destinés à Philippe Couillard ou François Legault, car ils sont protégés par des gardes du corps.

Dans la même catégorie