/news/society

Montréal, haut lieu de la recherche sur la maladie d’Alzheimer

TVA Nouvelles

Près de 35 millions de personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer dans le monde. La journée mondiale qui lui est consacrée le 21 septembre est l’occasion de faire le point sur les différentes recherches en cours et notamment celles effectuées à Montréal.

La docteure Andréa C. Leblanc travaille depuis plus de 25 ans à la découverte d’un médicament pour endiguer cette maladie dégénérative.

«On est présentement en train de tester des médicaments sur certaines souris, pour voir si on peut prévenir voire traiter la maladie une fois présente», fait savoir Dre Leblanc, chercheuse au Centre Bloomfield de recherche sur le vieillissement de l’Institut Lady Davis.

Un de ces médicaments a déjà été testé sur des humains pour traiter une autre maladie, que la chercheuse préfère garder secrète pour le moment.

Il montrerait des signes intéressants chez les souris en s’attaquant à une protéine qu’elle a identifiée en 1999, la Caspase 6, qui est anormalement présente dans le cerveau des personnes atteintes d’Alzheimer.

L'abondance de cette protéine au niveau du cerveau pourrait s'expliquer de plusieurs façons.

«Cela peut être un stress physique au cerveau, comme un trauma. L'environnement qui a des toxines, qui fait qu'il y a une inflammation au cerveau», explique Dre Leblanc.

Chaque année, son équipe de dix chercheurs doit compter sur une somme de 500 000 dollars pour poursuivre les travaux.

Il faudra ensuite intéresser une compagnie pharmaceutique à développer un médicament, si cela est prometteur.

«Ça peut coûter jusqu'à 800 millions de dollars», précise la chercheuse.