/news/politics

En vue du 150e anniversaire de la Confédération

Bilinguisme: Parcs Canada doit mettre les bouchées doubles

Agence QMI

PAMELA ROTH/QMI AGENCY

Parcs Canada devra mettre les bouchées doubles s’il souhaite respecter ses obligations linguistiques en 2017, alors que tous ses sites seront ouverts gratuitement au public, pour célébrer le 150e anniversaire de la Confédération, averti le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser.

«L'Agence a déjà des défis à relever pour assurer l'égalité des services en français et en anglais à tous ses sites. Si le nombre de visiteurs augmente considérablement en 2017 en raison de l'entrée gratuite, cela ne fera qu'amplifier le défi», a déclaré M. Fraser.

Déjà en 2012, le bureau du commissaire dressait un sombre portrait du respect de la dualité linguistique du pays à Parcs Canada. Rarement, avait-on noté à l’époque, le bilinguisme dans les parcs et les sites historiques nationaux s’étend au-delà du centre d’accueil, ou la formule d’usage «Bonjour, Hello» est utilisée.

Le commissaire se désole aujourd’hui de constater que seulement deux des neuf recommandations qu’il avait alors émises ont été mises en oeuvre par Parcs Canada.

«Même si les visiteurs sont habituellement accueillis et reçoivent de l'information écrite dans les deux langues, les programmes offerts en personne et l'interprétation ne sont souvent offerts que dans la langue de la majorité, a déclaré le commissaire. Cela ne constitue pas un service de qualité égale», poursuit le commissaire Fraser.

En vertu de la loi fédérale, Parcs Canada est tenue de fournir des services en anglais et en français aux 214 lieux qu'elle administre d’un océan à l’autre.

«Les Canadiens s'attendent à pouvoir accéder aux programmes des lieux nationaux dans la langue officielle de leur choix durant l'année de célébration du Canada en 2017 et par la suite», a déclaré le commissaire.