/regional/montreal/laurentides

Des élus de Sainte-Sophie interpellent le MTQ

TVA Nouvelles

Un conseiller municipal de Sainte-Sophie, dans les Laurentides, a trouvé un moyen original pour faire pression sur le ministère des Transports. Il a mis en ligne une vidéo pour démontrer le mauvais état des ponceaux et ponts qui nous a été partagée à plusieurs reprises sur notre page Facebook.

«On peut regarder les assises qui sont ouvertes, je vous dirais de 2 à 3 pouces à grandeur, tout le long, des deux côtés. On va demander à mon caméraman qu'on aille de l'autre côté, c'est encore pire. Les parties de béton sont tombées», explique le conseiller Claude Lamontagne dans sa vidéo.

Le conseiller dénonce sur YouTube l'inaction du ministère des Transports pour réparer certains ponts qu'il considère dangereux, comme celui sur le chemin de l'Achigan Ouest.

«Ça fait trois ans qu'on est en poste, mais c'est au-delà de 25 ans que le projet est sur une table, il retombe sur une tablette, on remet sur la table, on retombe sur une tablette. Il est temps que ça arrête et qu'on ait un gain de cause», ajoute le conseiller Lamontagne.

La mairesse elle-même a été victime d'un incident sur le pont de la rue des Pins.

«J'ai senti ma voiture descendre. Et quand je suis arrivée de l'autre côté et j'ai frappé, j'ai dit: "Bon, le pont vient de descendre, qu'est-ce qui se passe?" Je suis allée voir la structure en bas, moi-même, et en mettant ma main pour m'accrocher, ma main est passée à travers le métal», raconte la mairesse Louise Gallant.

Le pont est fermé depuis mai 2015 et on ne sait s'il sera reconstruit ni quand.

Autre pont problématique, celui de la 4e rue est fermé depuis juin dernier parce qu'il était jugé dangereux. Même si la municipalité a voulu faire les travaux pour permettre aux citoyens de passer, le MTQ l'en a empêché parce que le pont est sous sa juridiction.

Au MTQ, on dit que les travaux ne se feront pas avant 2018. Beaucoup trop tard, dit la mairesse, parce que les citoyens actuellement doivent effectuer un détour de 4 à 8 kilomètres.

«La population est prise en otage. Ici, la 4e rue, c'est la route de contournement quand il se passe quelque chose sur la 158. Moi, je suis tannée de me faire cogner à ma porte et de me faire chanter des bêtises pour quelque chose qu'on est capable de faire au niveau municipal et qui va coûter le quart du prix qu'il coûterait au MTQ», poursuit la mairesse.

TVA Nouvelles a fait le test et a placé son camion tout juste de l'autre côté du pont. Il aura finalement fallu 8m50 pour le rejoindre.

Vous avez une histoire à nous partager, écrivez-nous sur notre page Facebook.