/news/currentevents

Elle raconte son saut du 4e étage pour échapper aux flammes

TVA Nouvelles

Pour la première fois depuis qu'elle a été obligée de sauter du quatrième étage d'un bâtiment en flammes, à Québec, en janvier dernier, une femme raconte ce qui s'est passé.

Le 6 janvier, les pompiers de Charlesbourg ont été appelés sur les lieux d'un incendie dans un immeuble à logements de la rue des Cyprès. Incapables de déployer leur échelle, les autorités auraient ordonné aux trois résidents coincés au quatrième étage de sauter.

Les images de l'intervention controversée des pompiers de Charlesbourg donnent froid dans le dos. On y voit notamment Nathalie Chicoine qui passe ses jambes par la fenêtre et qui tombe.

Enquête complexe

Plus de neuf mois après les faits, elle n'est toujours pas en mesure de dire avec certitude qui lui a dit de sauter. «Je suis convaincue que ce sont des uniformes qui nous ont dit de sauter», a-t-elle affirmé au chef d'antenne Pierre Jobin.

À la suite de l'intervention, le Bureau du commissaire aux incendies a refusé de critiquer le travail des pompiers dans son rapport initial. Toutefois, le Journal de Québec a obtenu copie d'annexes du rapport d'enquête où on affirme pourtant que les pompiers ont ordonné le saut.

«Les policiers, ils le disent très bien dans leur rapport, on le lit très bien, ils sont allés voir les pompiers pour leur demander ce qu'ils devaient faire et les pompiers ont dit de nous faire sauter. Je regarde les deux rapports, il n'y a rien qui se ressemble», de dire Mme Chicoine.

Longue convalescence

Mme Chicoine a subi de nombreuses fractures au bassin, à la rotule, mais elle a également subi de plusieurs interventions chirurgicales au niveau du visage.

«J'ai atterri sur une policière, ma tête, c'est probablement ce qui m'a sauvé la vie. Cette policière-là, j'aimerais tellement ça la remercier, si elle n’avait pas essayé d'amortir mon choc, je serais probablement morte» raconte-t-elle.

Après avoir vécu l'enfer, elle souhaite simplement reprendre le cours de sa vie. «J'aimerais tellement reprendre mon travail. Je suis infirmière auxiliaire, je travaille en CHSLD, c'est ma famille aussi», de dire Mme Chicoine.

Procès en cours

La famille poursuit la Ville de Québec et a toujours affirmé qu’elle avait sauté sous l’ordre des autorités. L'avocate de Mme Chicoine réclame également une enquête indépendante.

Les pompiers, eux, ont jugé que Mme Chicoine avait sauté trop rapidement, que le danger n'était pas immédiat. Le syndicat des pompiers a refusé de revenir sur le rapport étant donné que le dossier se retrouve en cour.

Dans la même catégorie