/news/politics

EXCLUSIF | Lisée veut réformer la loi 101

TVA Nouvelles

Les candidats à la direction du Parti québécois vont de nouveau croiser le fer, dimanche, à Montréal. Jean-François Lisée veut maintenant amener ses adversaires à parler de langue.

Le candidat s'inquiète pour le français à Montréal et veut réformer la loi 101, une mission qu'a dû abandonner le gouvernement minoritaire de Pauline Marois en 2013.

«Il faut essayer de renverser ça puis c'est la tâche de notre génération de politiciens, des enfants de Camil Laurin» explique le député.

S'il devient chef, Lisée ira d'une série de mesures, comme exiger un minimum de connaissance de la langue de Molière avant de s'établir au Québec.

«Si vous êtes un travailleur qualifié, que vous voulez venir au Québec, vous démontrez une connaissance intermédiaire ou avancée du français pour avoir votre ticket, avant de prendre l'avion», affirme-t-il.

Pour les réfugiés, il serait plus souple. «Pendant les trois premiers mois, on va vous prendre en charge complètement», nuance-t-il.

Lisée voudrait aussi imposer graduellement la loi 101 dans les PME de 25 à 49 employés pour «créer des lieux de travail à prédominance francophone», dit-il.

L'un des rêves du candidat Lisée, comme les membres du Parti québécois, c'est de prendre les moyens pour obtenir une majorité nette de francophones habitant sur l'île de Montréal.

«Si on fait ça, pourtant, c'est juste le gros bon sens, on va être capable de freiner le déclin du français sur l'île et de renverser la vapeur», conclut-il.

Pour la fin de la course, Lisée aimerait faire orienter sur le débat sur la protection de la langue, un thème cher aux militants péquistes

Dans la même catégorie