/news/law

Militaire accusé d'agression sexuelle remis en liberté

Jean Houle | TVA Nouvelles

Un militaire se retrouve au banc des accusés pour une affaire d'agression sexuelle.

Le caporal-chef Jason Roy-Lagacé, 30 ans, fait face à un total de 11 chefs d'accusation. Il a repris sa liberté sous diverses conditions, dont celle de contacter son médecin à propos d'une problématique de violence.

«Cette condition a été demandée par la Couronne et nous jouons le jeu», a déclaré l'avocat de la défense, Me Dominic Bouchard. «Comme nous allons contester toutes les accusations, je ne concéderai pas que mon client a besoin d'une thérapie.»

Le technicien en structure d'aéronef est accusé d'agression sexuelle sur une première plaignante, d'août 2014 à janvier 2016, et sur une deuxième présumée victime, de janvier 2016 au 15 septembre dernier. Une troisième femme a porté plainte pour harcèlement criminel. Des accusations de voies de fait, menaces de mort, harcèlement et introduction par effraction complètent ce volet.

Roy-Lagacé aurait aussi brisé deux engagements en tentant de communiquer avec deux plaignantes pendant que cela lui était interdit. Il aurait aussi entravé le travail des policiers militaires.

«La version de mon client fait que nous allons contester les allégations. Monsieur Roy-Lagacé aura l'occasion de se faire entendre», a fait valoir Me Bouchard.

Le caporal-chef a versé un dépôt en argent de 3000 $ et a remis son passeport pour quitter la détention. Il a comparu en tenue militaire, sous les yeux d'un observateur délégué par la base de Bagotville.

Le couvre-feu imposé par la Cour lui permet de travailler, mais la base militaire pourrait appliquer une sanction administrative si elle le juge nécessaire.