/news/culture

Diane Dufresne vue par Sophie Thibault

Vanessa Guimond | Agence QMI

 - Agence QMI

Passionnée de photographie, la lectrice de nouvelles Sophie Thibault a vécu une expérience tout à fait unique lorsqu’elle a réalisé des portraits de Diane Dufresne dans le décor de son exposition DDXL, en février dernier.

Le résultat, une soixantaine d’images de tous les formats, sera présenté à compter de samedi au Centre d’art Diane-Dufresne, à Repentigny.

Intitulée Œil pour œil, cette suite photographique de l’exposition DDXL, qui avait été présentée au même endroit entre novembre 2015 et février 2016, permettra au public de jeter un regard nouveau sur les œuvres de la diva et de son complice Richard Langevin.

Sophie Thibeault 1

«Notre seul plan de match, c’était d’habiter les installations, a dit Sophie Thibault dans une entrevue au Journal. Diane est une femme très intuitive, très organique. Nous l’avons suivie et respectée dans son rythme. La magie a vraiment opéré.»

Onze heures

Cette rencontre artistique, qui s’est déroulée en présence du costumier Mario Davignon, de la maquilleuse et perruquière Stéphanie Barrette ainsi que de Richard Langevin, le commissaire de cette nouvelle exposition, aura finalement duré 11 heures.

«Doucement, nous l’avons placée dans chacune des installations. Dans le cercueil d’Exit en herbe, devant ses machines à laver avec des jambes et même au-dessus de la Bentley qu’Yvon Deschamps lui avait donnée en cadeau, dans les années 60», a dit la photographe, qui en était à sa première expérience du genre.

«À ma grande surprise, elle voulait en faire encore plus, a-t-elle ajouté. Nous avons eu un plaisir fou. Je suis repartie de là avec 850 photos.»

Coup de foudre

La photo a toujours fait partie de la vie de Sophie Thibault qui, depuis quelques mois, publie même une chronique relative à sa passion dans les pages du magazine La Semaine.

Sophie Thibault 2

«Je suis une “kid kodak” à l’envers, a dit celle dont les clichés feront aussi l’objet d’un livre, à paraître en novembre. J’ai toujours été une obsédée de l’image.»

C’est l’arrivée d’un appareil numérique dans sa vie, il y a quatre ans, qui aurait donné un nouveau souffle à son intérêt pour cet art.

«J’ai découvert les millions de tutoriels qui existent sur internet. J’ai aussi suivi des cours en ligne. J’ai réappris la photo à travers le numérique. Ç’a été un coup de foudre absolu.»

L’exposition Œil pour œil sera présentée au Centre d’art Diane-Dufresne du 17 septembre au 2 octobre.