/news/law

Onze chefs d'accusation contre le présumé voleur à la hache

Jean-François Tremblay | TVA Nouvelles

Jimmy Tremblay-Ouellet, 27 ans de Chicoutimi, a comparu mardi après-midi pour répondre à 11 chefs d’accusation concernant une série de méfaits dans l’arrondissement Chicoutimi-Nord.

Les différentes accusations déposées concerne un vol à la hache au dépanneur L’étoile du nord, dimanche soir, un incident à la pharmacie Jean-Coutu dimanche soir et pour conduite dangereuse en tentant de fuir la police. Les victimes cambriolées sont soulagées de son arrestation.

«Ça me rassure, comme ça, il ne fera pas d'autres braquages pour avoir de l'argent parce que je savais que c'était un toxicomane et qu’il était intoxiqué», a affirmé Alexandre Gosselin, le commis du dépanneur L’étoile du nord, en poste au moment du vol.

La pharmacienne-propriétaire de la succursale cambriolée, France Boivin, a raconté comment le malfaiteur s’est présenté au comptoir, samedi soir.

«Il a menacé le personnel en place pour lui donner des narcotiques. Le personnel a obtempéré. Il semblait assez calme. Pas trop menaçant même s'il leur a montré la hache.»

Il est reparti en courant avec du Cialis, du Xanax et une petite quantité de narcotiques. Les caméras de surveillance ont tout filmé.

Tremblay-Ouellet serait revenu le lendemain, dimanche soir, en accostant un employé de la pharmacie à l’extérieur.

Le commerce étant fermé, il a tenté, sans succès, de fracasser la fenêtre blindée du service à l’auto avant de quitter en voiture accompagnée d’une femme.

L’employé a été rapide. «Le commis a eu le réflexe de prendre en photo la plaque d'immatriculation et une description détaillée des individus», a expliqué France Boivin.

Le couple s’est ensuite dirigé vers le dépanneur L’étoile du nord. En arrivant, le véhicule a heurté le mur avant du commerce. Tremblay-Ouellet serait alors entré dans le dépanneur.

«Je lui ai dit, ça frapper fort, a expliqué le commis, Alexandre Gosselin. Il n'a pas répondu. Je suis parti à ma caisse. C'est là qu'il m'a dit, je n'ai pas le temps de niaiser. Donnes-moi l'argent de la caisse. Il a sorti une hache et il a donné un coup sur le comptoir. Je lui ai donné l'argent et il est parti.»

Repéré avec son véhicule quelques instants plus tard sur le boulevard Saguenay près de Jonquière, l'homme et la femme ont été arrêtés en tentant de fuir à pieds dans un boisé. Pour l'instant, aucune accusation n'est déposée contre la femme arrêtée.

Toutes les accusations concernent les événements de dimanche soir, rien encore sur le vol de samedi à la pharmacie.

«L’enquête est toujours en cours. On est à peaufiner certains éléments», a précisé le représentant de la Couronne, Me Sébastien Vallée.

La défense comprend le sérieux des accusations. «On va lire la preuve. On va regarder ça. On va se préparer pour jeudi pour l'enquête caution», a indiqué l’avocat de Tremblay-Ouellet, Me Charles Cantin.

Pharmacie ciblée

Cet autre vol dans une pharmacie préoccupe les propriétaires.

«J'ai eu des communications avec l'Ordre des pharmaciens. C'est certain qu'on ne laissera pas les pharmacies communautaires devenir un comptoir libre-service pour les narcotiques, pour les gens qui abusent et qui font le trafic. Donc, on va prendre des mesures», a assuré France Boivin.

Dans la même catégorie