/news/politics

Lisée veut une «meilleure» immigration

Charles Lecavalier

 - Agence QMI

Jean-François Lisée veut moins d’immigrants, mais il en veut aussi de «meilleurs». Le candidat à la direction du Parti québécois estime que le Québec doit recruter davantage d’immigrants francophones et diplômés.

Il croit que la «meilleure immigration» provient de salons tenus à «Paris, Bruxelles et Barcelone» où les employeurs québécois engagent la main-d’œuvre dont ils ont besoin.

Il s’est défendu de privilégier exclusivement une immigration européenne. Il serait prêt aussi à recruter à Tanger, Bamako ou Shanghai. «Il y a des gens qui habitent Paris, Bruxelles et Barcelone et qui sont membres d’Al-Qaida. On n’en veut pas ici», a-t-il lancé lundi en marge d’une conférence de presse pour présenter sa politique économique. «C’est une généralisation que je ne veux pas faire», a-t-il ajouté, embarrassé.

Il qualifie toutefois de «mineur» l’impact de l’immigration sur l’économie québécoise. Dimanche, lors du dernier débat à la direction du PQ, il s’était vanté d’être «le seul des candidats à avoir le cran de dire que 50 000 immigrants, c’est le chiffre de l’échec. Il faut en accueillir moins.»

Pétrolia doit être remboursé

Par ailleurs, M. Lisée a affirmé que le gouvernement Couillard a le droit de changer d’idée sur l’exploitation d’Anticosti, mais devrait compenser financièrement les entreprises Junex et Pétrolia.

«Philippe Couillard, de la façon dont il a agi, pour la réputation internationale du Québec en termes de bonne pratique d’affaires, c’est un désastre», a lancé le député de Rosemont.

Il estime qu’il existe un «droit de changer d’avis», mais qu’un bon partenaire d’affaires doit se retirer correctement, «sans faire de déclaration à l’emporte-pièce, sans dire du mal de leur partenaire».

Il croit toutefois que les compensations versées ne seront pas très élevées, car les profits à venir de l’exploitation du gisement pétrolier d’Anticosti sont égaux à zéro étant donné le prix du pétrole et le coût prohibitif du projet.

M. Lisée veut aussi rétablir la «doctrine Lesage» et remettre l’investissement québécois au centre de la mission de la Caisse de dépôt et placement du Québec, à égalité avec les rendements pour les actionnaires.

Dans la même catégorie