/finance/homepage

Le projet de mine Arnaud chemine toujours

JEAN SAINT-PIERRE/LE NORD-EST/AGENCE QMI

Un des partenaires du projet de Mine Arnaud à Sept-Îles, Yara international, refait surface.

La compagnie norvégienne accepte de financer des études pour revoir à la baisse le coût du projet de mine d’apatite. Investissements Québec confirme que Yara International, qui avait mis son investissement sur la glace il y a plus d’un an, démontre un nouvel intérêt.

Le portrait a changé depuis 2015, notamment avec l’acquisition, par le gouvernement du Québec, des installations ferroviaires et portuaires de la minière Cliffs à Sept-Îles.

«Nous allons faire une mise à jour de l’étude de faisabilité, a indiqué Chantal Corbeil, porte-parole d’Investissements Québec. On va évaluer les frais d'exploitation, les coûts de capitaux, on va regarder le taux de change. Nous voulons confirmer ce que l’on pense au sujet des économies du projet.»

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, reste prudent devant cette annonce et démontre peu d’enthousiasme. Il répète que c’est une décision d’affaires qui guidera les actionnaires.

«Ça fait plusieurs fois qu’on a des annonces au niveau de mine Arnaud. Quand on apprendra que ce projet va de l’avant, on le prendra pour ce qu’il sera.»

Les réactions sont plus positives dans le milieu des affaires de Sept-Îles qui fonde beaucoup d’espoir dans le projet de 850 millions $.

«Le retour de Yara dans le projet de mine Arnaud vient confirmer que c’est un projet viable financièrement, ce qui reflète nos prétentions au cours des derniers mois» a indiqué le vice-président de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Steeve Chapados.

Investissements Québec est toujours à la recherche d’un autre partenaire pour acheter la production d’apatite qui serait produite par la mine Arnaud.

Dans la même catégorie