/news/politics

Philippe Couillard favorable à un troisième lien

Taïeb Moalla | Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUÉBEC

Qualifiant la congestion routière de «problème important à régler», Philippe Couillard s’est prononcé, de façon nette, en faveur d’un troisième lien entre les rives nord et sud de Québec.

Interrogé mercredi en fin d’après-midi, en marge d’une annonce à Lévis, le premier ministre a fait cette sortie remarquée. «Je veux le dire très clairement: on va faire ça (un troisième lien), on a besoin de le faire, et, à la fin, on sait qu’il y aura une facture au bout de ça. Tout le monde est conscient de ça», a-t-il assuré.

Quelle forme prendra ce troisième lien massivement appuyé par les personnes sondées à Québec et à Lévis? «On vous reviendra lorsqu’on aura trouvé ensemble la façon d’aller de l’avant», a ajouté M. Couillard sans plus de détails.

Une rencontre entre le ministre des Transports, Laurent Lessard, et les maires Labeaume et Lehouillier doit avoir lieu d’ici le 12 octobre. À cette occasion, le maire de Québec devrait présenter sa propre vision pour ce fameux troisième lien.

«Prenons la bonne décision. Ça vaut la peine de prendre un peu plus de temps pour trouver vraiment la bonne formule», a tenu à dire le premier ministre.

Le SRB, un autre projet

Ce dernier a par ailleurs tenu à distinguer le projet de SRB (service rapide par bus) et celui d’un troisième lien. «Le SRB va être fait de toute façon. Il est déjà dans les cartons, mais ce n’est pas la seule solution, a-t-il affirmé. Il y a également des gens qui veulent utiliser leur automobile pour traverser et avoir moins de congestion.»

Comme un tunnel fluvial est «très très cher» (4 milliards $ d’après l’étude du professeur Massicotte), le premier ministre a affirmé «qu’il y a certainement d’autres choses qu’on pourrait faire qui auraient un impact très concret pour les gens de la Rive-Sud surtout ceux qui voyagent à Québec tous les jours».

Lehouillier, content

Ces propos sonnaient comme de la musique aux oreilles du maire Gilles Lehouillier qui buvait littéralement les paroles du premier ministre lors de la mêlée de presse.

«On sent de plus en plus d’ouverture du gouvernement du Québec, s’est-il félicité. Je souhaiterais que la rencontre avec M. (Laurent) Lessard ait lieu au plus tard le 12 octobre.»

D’autre part, l’Institut de développement urbain (IDU) et la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ) ont uni leurs voix, mercredi, pour réaffirmer que le projet de SRB doit demeurer la priorité en matière de transport à Québec.