/news/society

La Colombie-Britannique réclame un registre des chiens dangereux

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Alors que Montréal vient d’adopter un règlement pour bannir des pitbulls sur son territoire, l’Union des municipalités de la Colombie-Britannique (UMCB) s’inquiète elle aussi de la présence de chiens dangereux dans la province de l’ouest.

Jeudi, l’UMCB a adopté une résolution pour réclamer au gouvernement provincial la création d’un registre des chiens dangereux, a rapporté le «Vancouver Sun».

Proposé par la municipalité de Pitt Meadows, située en banlieue de Vancouver, le registre permettrait de suivre à la trace des chiens dangereux, qui ont déjà été impliqué dans une attaque vis-à-vis d’un humain ou d’un autre chien.

Selon la conseillère municipale Janis Elkerton, seules 83 municipalités sur 188 possèdent un règlement régissant les chiens dangereux. Avoir un registre permettrait aux villes de suivre ces chiens lors de déménagements et d’avertir leurs concitoyens de l’arrivée d’un tel toutou dans le voisinage, a-t-elle fait valoir.

Plusieurs villes, dont Vancouver, font actuellement face à une recrudescence du nombre d’attaques. En 2015, la métropole a connu 332 incidents impliquant un chien agressif, contre 234 en 2008, selon le «Sun».

Sans attendre, des villes comme Surrey ont imposé le port de la muselière aux chiens jugés dangereux lorsqu’ils se trouvent dans l’espace public.

Mme Elkerton espère que l’appel de l’UMCB sera entendu. «C’est un premier pas, mais la province doit suivre. Je crois qu’il il y des préoccupations en raison des coûts. Mais quels sont les coûts [de l’inaction] pour nos villes et nos citoyens les plus vulnérables?», a plaidé la conseillère.

Dans la même catégorie