/news/society

Le règlement sur les pitbulls à Montréal fait réagir dans les Maritimes

Agence QMI

Manifestation de propriÈtaire de pitbull devant le parlement de Quebec

DANIEL MALLARD/JOURNAL DE QUÉBEC/AGENCE QMI

Des militants contre la discrimination des chiens selon les races ont manifesté dans les rues de Halifax samedi pour dénoncer la nouvelle politique de la Ville de Montréal concernant les pitbulls.

L’organisme Halifax Bully Breeds avait lancé un appel aux propriétaires de chiens pour un rassemblement dans un parc de la ville suivi d’une marche dans les rues du centre-ville.

«La législation visant des races particulières vient d’un alarmisme flagrant et de l’ignorance, a écrit le groupe sur la page Facebook de l’événement. La législation visant des races particulières est coûteuse et inefficace. La législation visant des races particulières n’a jamais fait diminuer le nombre de morsures de chien ou d'incidents impliquant des chiens dangereux. Elle cible tous les chiens répondant à une certaine description générale physique et ne prend pas en compte le comportement du tout. Elle constitue du profilage racial à son meilleur.»

Mardi dernier, le conseil municipal de Montréal a adopté un nouveau règlement sur les pitbulls qui prévoit qu’à compter de ce lundi (3 octobre) il sera interdit d’adopter de nouveaux chiens des races associées aux pitbulls. Les chiens qui seront ainsi interdits à Montréal sont les pitbulls terriers américains, les terriers américains du Staffordshire, les bulls terriers du Staffordshire et les croisements d’une de ces races.

La manifestation de Halifax, samedi, a été tenue alors que des groupes de protection des animaux des Maritimes se préparent à recueillir les chiens qui devront quitter le territoire montréalais dans la foulée de la nouvelle réglementation.

Litters 'n Critters Rescue Society, de Halifax, est un de ces groupes. Sur sa page Facebook, l’organisme indique qu’il a déjà reçu des demandes d’aide de personnes ou d’organismes du Québec et afin de savoir comment y répondre, il leur faut obtenir l’opinion du public.

«Si nous faisons cela [...], nous aurons besoin de votre aide. Nous aurons besoin de plusieurs foyers d’accueil, de nourriture, de niches et d’argent pour les frais de vétérinaire. [...] Si nous faisons cela, nous ne prendrons pas des centaines de chiens, parce que nous ne sommes pas équipés pour cela. Nous ne nous sommes pas encore engagés à faire cela, mais nous vous demandons votre opinion pour voir s’il nous est possible de le faire.»

À Moncton, au Nouveau-Brunswick, la SPCA dit ne pas avoir reçu de demande spécifique d’aide de la part de la SPCA de Montréal ou d’autres groupes, selon Global News, mais soutient qu’elle serait prête à accueillir un certain nombre de chiens.

Par ailleurs, le groupe Freedom Drivers: Animal Rescue Transports est actuellement à la recherche de personnes prêtes à transporter des pitbulls montréalais jusqu’au Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, ou ailleurs, dans la foulée du nouveau règlement de l’administration Coderre.

Dans la même catégorie