/finance/homepage

Les Québécois achètent de plus en plus en ligne

Les Québécois achètent de plus en plus sur Internet. La proportion des consommateurs qui ont réalisé au moins un achat en ligne est passée de 65 % en janvier à 82 % six mois plus tard, en août.

C’est ce qui ressort d’un sondage commandé par le Conseil Québécois du commerce de détail (CQCD), qui a mandaté la firme de sondage L’Observateur pour sonder le pouls des consommateurs. Un millier d’entre eux ont participé à l’étude, tous des internautes.

«C’est une progression très importante, et on l’observe dans toutes les catégories socioéconomiques», dit Jacques Pelletier, chef de la direction à L’Observateur.

Elle est cependant plus marquée chez les 35 à 44 ans (88 %) et les ménages avec enfants (88 %), soit ceux généralement qui ont le moins de temps pour le magasinage.

En moyenne, les clients ont déclaré 11 achats sur Internet au cours de l’année, un résultat relativement stable.

Leur site favori pour leurs achats? Si on se fie au sondage, Amazon remporte la palme, avec la moitié des répondants qui affirment y avoir fait au moins un achat en 2016.

Pas de voitures en ligne...

Certains secteurs profitent davantage de la progression de l’achat en ligne. Plus des deux tiers des répondants affirment avoir eu recours à Internet pour l’achat d’un voyage (69 %) ou pour l’achat d’articles de divertissement (67 %), comme des billets de spectacles ou des livres.

Une majorité (62 %) de consommateurs s’est procurée des vêtements ou des accessoires de mode et 55%, des articles électroniques, suivis des produits informatiques (45 %).

À l’inverse, les consommateurs veulent voir, toucher et peut-être même sentir, leur voiture ou leur bateau avant l’achat. Seulement 6% les achètent en ligne. Pourtant, comme le souligne Jacques Pelletier, les concessionnaires ont déployé argent et énergie sur la toile. «On se serait attendu à voir une augmentation», dit-il. Sans doute les consommateurs les magasinent en ligne. «Mais ultimement, la transaction se fait en succursales.»

Les prix, encore les prix

Plus des trois quarts des gens sont prioritairement à la recherche d’un prix avantageux (83 %) ou de rabais substantiels (73 %) lorsqu’ils achètent en ligne. Aussi, 84 % des répondants ont l’habitude d’effectuer des recherches en ligne avant la visite en magasin, alors que 71 % comparent les prix sur Internet une fois en magasin.

L’incontournable centre commercial

L’achat en ligne a beau être populaire, les magasins restent bien présents dans la vie des Québécois. Le fait de pouvoir essayer le produit convoité (72 %) et d’en disposer sur-le-champ (66 %) constituent les deux facteurs incitant le plus les consommateurs à s’y déplacer.

Les prix (51 %), le service à la clientèle (50 %) et le contact avec le personnel (36 %) demeurent des facteurs d’attraits significatifs pour les consommateurs. «Le service à la clientèle reste l’une des forces des détaillants, dit Jacques Pelletier. C’est donc important de maintenir une bonne qualité de service. »

Les consommateurs continuent de fréquenter intensivement les centres commerciaux traditionnels (61 %) et favoriser les détaillants québécois lors de leurs achats (64%). «Le centre commercial n’a pas disparu, loin s’en faut, dit Jacques Pelletier. C’est encore l’endroit le plus fréquenté pour les achats. Aller y magasiner est encore vu, pour bien des Québécois, comme un moment de détente, agréable et magique.»