/news/politics

L’immigration au cœur du dernier débat entre les quatre candidats

Geneviève Lajoie | Agence QMI

Divisés sur l’identité et l’immigration, les candidats à la course à la direction du Parti québécois ont baissé quelque peu les armes lors du dernier débat qui les opposait.

Le ton des échanges de la dernière joute oratoire qui s’est déroulée lundi soir au Musée de la civilisation à Québec était beaucoup moins acrimonieux que les précédents. Les membres du PQ doivent se choisir un nouveau chef vendredi.

Alexandre Cloutier continue néanmoins de reprocher à Jean-François Lisée la manière d’aborder le thème de la laïcité et de l’immigration. Il estime qu’il faut tendre la main aux personnes issues des communautés culturelles et ne pas les brusquer.

«La dernière chose dont le PQ a besoin, c’est d’une ligne de fracture sur ces enjeux-là», a-t-il lancé à Jean-François Lisée durant le débat organisé par le quotidien «Le Devoir».

Selon le député de Rosemont, son rival connaît bien mal les immigrants pour penser une telle chose. «Je pense que de dire que ça va effrayer les communautés si on dit qu’on veut marcher vers une société plus laïque, ce n’est pas les connaître», a-t-il répliqué, devant quelque 250 personnes qui s’étaient déplacés pour l’événement.

Il croit fermement que beaucoup de gens choisissent le Québec justement parce que c’est une société démocratique, ouverte et laïque.

Paul St-Pierre Plamondon s’est réjoui pour sa part d’être le seul candidat qui propose de bannir de l’espace public le voile intégral pour des raisons de sécurité. Sur l’immigration, le seul candidat qui n’est pas député a obtenu une bonne main d’applaudissements. «On a le droit de mener ce débat-là sans se faire traiter de xénophobe!» a-t-il lancé.

Cloutier, ministre de l’Éducation

Devant une série de propositions qu’il jugeait emballantes de la part de son collègue de Lac-Saint-Jean, Jean-François Lisée a pris la balle au bond et promis solennellement de lui offrir le poste de ministre de l’Éducation s’il devient chef du PQ le 8 octobre, provoquant des rires dans la salle.

«Je pense que de toute la députation péquiste, la personne qui est la mieux préparée, la mieux engagée, la plus investie dans l’éducation, c’est Alexandre Cloutier, et si je suis chef, je vais lui offrir, si je suis premier ministre, d’être ministre de l’Éducation, parce que je pense qu’il peut faire de grandes choses», a-t-il renchéri après le débat.

Référendum

Jean-François Lisée a fait un appel au ralliement des aspirants-chefs à la position du futur chef sur la démarche référendaire. Un appel rejeté par Martine Ouellet. «Je ne renierai pas mes convictions, il y a toujours eu de la place au PQ pour des débats!» a-t-elle dit, lors d’une brève mêlée de presse au terme de l’affrontement.

Dans la même catégorie