/news/world

«On se prépare à un ouragan très dévastateur»

TVA Nouvelles

Un Québécois qui vit en Floride depuis une vingtaine d’années n’a jamais vu un niveau de préparation aussi grand à l’approche d’un ouragan depuis qu’il s’y est établi.

«Les gens ne le prennent pas à la légère», raconte Christian Faucher, un résident de Sunrise, une ville située à 10 km à l’ouest de Fort Lauderdale, donc à l’écart de la côte.

«Lorsqu’on pensait que Katrina (août 2005) allait frapper ici, ça a été un ouragan majeur, mais les gens ne se sont jamais préparés autant que maintenant. Ici, il n’y a pas une maison dans la rue qui n’est pas placardée. Le gouverneur a dit qu’il fallait se préparer à un ouragan très dévastateur», souligne M. Faucher, en entrevue à LCN, sous son parapluie.

Alors que Matthew s’approche des côtes et devrait frapper la région de West Palm Beach en fin de soirée ou en début de nuit, les Floridiens font leurs provisions et s’apprêtent à subir de plein fouet les effets de cet ouragan force 4.

Le président Obama a décrété l’état d’urgence en Floride, où plus de 2 millions de personnes ont été évacuées face à la menace que représente Matthew.

Entrevue de Christian Faucher avec Pierre Bruneau, au TVA 17h

Des provisions pour trois jours

«Malheureusement pour les gens de Palm Beach et de West Palm Beach, en montant la côte jusqu’à Jacksonville et selon la force qu’il aura atteinte à ce moment-là, l’ouragan va toucher terre dans West Palm Beach à une catégorie 4, ce qui est très dévastateur», explique-t-il. Lui et sa famille ont fait des provisions de vivres pour au moins trois jours.

Le dernier ouragan à avoir frappé l’État remonte à 2005 avec Wilma. Mais il faut revenir à Andrew, en 1992, pour retracer un ouragan de force extrême.

«C’est sûr que ce sont des moments que nous ne voulons pas revivre. La beauté d’un ouragan, c’est qu’on a tout de même une semaine pour s’y préparer : vous pouvez aller chercher de la nourriture, emmagasiner de l’eau, de la glace, précise M. Faucher. Aujourd’hui, presque tous les résidents ne sont pas allés au travail, note-t-il.

«Vous pouvez aussi vous préparer à l’après-ouragan, car bien sûr on va aussi perdre l’alimentation en électricité, donc il faut avoir du propane pour cuisiner. Le pire, c’est que l’air climatisé ne fonctionnera plus», affirme-t-il, tout en disant s’attendre à vivre de durs moments, sans savoir si les routes seront praticables.

Christian Faucher explique aussi qu’il est beaucoup plus sécuritaire de demeurer dans sa maison après le passage de l’ouragan, quand plusieurs fils électriques pendent dans des amoncellements d’eau.

Bien sûr, cet État du sud est nettement mieux équipé pour faire face à la fureur des éléments météo que peuvent l’être des endroits comme Haïti ou Cuba. «Si on a une maison construite après le changement de code de la construction à la suite de l’ouragan Andrew, elle est plus apte à recevoir de forts vents pour un ouragan de catégorie 3 ou 4.»

Les vagues les plus imposantes, dépassant les 7-8 mètres, seront observées dans le nord de la Floride. Matthew devrait par la suite remonter vers la Caroline du Sud.

Dans la même catégorie