/news/politics

Plusieurs coups bas lors des débats

Catherine Dufour | TVA Nouvelles

Alors que la campagne des candidats à la course à la direction du Parti québécois a été relativement polie, les débats ont été l'occasion pour certains de s'attaquer ouvertement à leurs adversaires.

Les quatre candidats à la direction du PQ se sont affrontés lors de trois débats majeurs, un à Montréal, un à Sherbrooke et un à Québec.

L'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti et l'échéancier référendaire ont fait l'objet de vifs échanges à l'occasion du premier débat.

Sur Anticosti, Martine Ouellet a affirmé que «ce n'est pas de ce genre de projet que le Québec veut!»

Alexandre Cloutier a accusé Martine Ouellet de ne pas avoir voté contre le projet à Anticosti: «Toi tu as décidé de partir, tu n'as pas voté contre, tu es juste disparue»

Au sujet d'un éventuel référendum, Jean-François Lisée a dit: «Moi je propose des victoires, je ne veux pas d'échec sur le chemin»

Lors du premier débat, Paul Saint-Pierre Plamondon a soutenu que «le troisième référendum se doit d'être gagnant»

Un affrontement entre Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée a marqué le second débat qui s'est tenu à Sherbrooke.

Le député de Rosemont n’a pas apprécié les attaques du jeune Cloutier. «Heille, tu poses une question, écoute la réponse», a-t-il lancé, visiblement excédé.

Paul Saint-Pierre Plamondon a ciblé la stratégie «floue» de Cloutier: «On ne peut pas être dans l’ambiguïté. Les membres n’aiment pas ça, les gens n’aiment pas ça, car c’est un double discours».

Les aspirants-chefs péquistes se sont finalement affrontés sur l’identité et l’immigration lors du débat à Québec.

Martine Ouellet a prôné pour l'unilinguisme au Québec: «En Alberta et en Saskatchewan, c’est unilingue anglais. Pourquoi au Québec, ça ne pourrait pas être en français?»

Alexandre Cloutier s'est attiré les foudres des militants lorsqu'il a évoqué un «cadre légal à respecter» avant d'imposer l'unilinguisme français dans un Québec indépendant

Jean-François Lisée a estimé que le parti ne devait pas être divisé sur l'immigration: «La dernière chose dont le PQ a besoin, c’est d’une ligne de fracture sur ces enjeux-là»

Au sujet de la laïcité, Paul St-Pierre Plamondon s’est réjoui d’être le seul candidat qui propose de bannir de l’espace public le voile intégral pour des raisons de sécurité

Dans la même catégorie