/news/politics

Qui sont les quatre aspirants-chefs?

Catherine Dufour | TVA Nouvelles

POL-DEBAT-PQ

PHOTO PIERRE-YVES CHARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

Le 2 mai 2016, le Québec a été surpris par la démission de Pierre Karl Péladeau, moins d'un an après avoir pris les rênes du Parti québécois. Rapidement, plusieurs successeurs potentiels se sont fait connaître.

Mais qui sont ces candidats qui espèrent succéder à René Lévesque, Jacques Parizeau, Pauline Marois, mais surtout, à Pierre Karl Péladeau.

Alexandre Cloutier

POL-DEBAT-PQ

PHOTO PIERRE-YVES CHARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

Le premier à se jeter à l'eau a été Alexandre Cloutier qui a rapidement annoncé ses couleurs. Le candidat de 39 ans a également été le premier à remettre les signatures requises, le 31 mai.

Avant de se lancer en politique, Cloutier a été avocat en droit constitutionnel et administratif. Il a également travaillé à la Cour suprême du Canada.

Il est devenu le député de la circonscription de Lac-Saint-Jean en 2007. Il a joué plusieurs rôles au sein du gouvernement pour l'opposition officielle, mais également pour le parti au pouvoir.

Au sein du cabinet Marois, Cloutier a obtenu les ministères des Affaires intergouvernementales canadiennes, de la Francophonie et de la Gouvernance souverainiste. Il était également responsable de la région du Nord-du-Québec.

Pour l'opposition officielle, il est porte-parole en matière d'éducation, de justice et responsable de la région du Nord-du-Québec.

Lors de la dernière course à la direction remportée par Pierre Karl Péladeau, il avait terminé deuxième alors qu'il avait obtenu 29,2% du vote.

Jean-François Lisée

POL-DEBAT-PQ

PHOTO PIERRE-YVES CHARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

Il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que Jean-François Lisée, 58 ans, fasse également le saut dans la course.

Communicateur de formation, Jean-François Lisée a travaillé pendant une vingtaine d'années comme rédacteur et chroniqueur pour plusieurs médias.

Il entame une transition vers le monde politique en 1994 quand il devient conseiller d'abord pour le premier ministre Jacques Parizeau et ensuite pour Lucien Bouchard en 1996.

Il a officiellement fait le saut en politique en 2012 lorsqu'il été élu député de la circonscription de Rosemont.

De 2012 à 2014, Lisée a été ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur.

Depuis 2014, Lisée est porte-parole de l'opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile.

Lors de la course à la succession de Pauline Marois en 2015, Jean-François Lisée avait décidé de se retirer.

Martine Ouellet

POL-DEBAT-PQ

PHOTO PIERRE-YVES CHARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

La députée Martine Ouellet a été la troisième à officialiser sa candidature dans la course à la direction du Parti québécois.

Avant de se lancer en politique, Martine Ouellet a travaillé comme ingénieure pour Hydro-Québec pendant une vingtaine d'années.

La députée de 47 ans représente la circonscription de Vachon pour le Parti québécois depuis 2010.

Martine Ouellet a été ministre des Ressources naturelles de 2012 à 2014 au sein du cabinet Marois. Elle a également et la ministre responsable du développement nordique.

Au sein de l'opposition officielle, Ouellet est porte-parole en matière de transports, de stratégie maritime, d'électrification des transports.

En 2015, lors de la précédente course à la direction du parti, Martine Ouellet avait obtenu 13,3% des voix.

Paul St-Pierre Plamondon

POL-DEBAT-PQ

PHOTO PIERRE-YVES CHARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

L'avocat de 39 ans Paul St-Pierre Plamondon a été le dernier candidat à entrer dans la course.

En tant que juriste, Paul St-Pierre Plamondon a notamment travaillé pour l'OTAN et pour le mouvement des carrés rouges lors de la grève étudiante du printemps érable en 2012.

En 2011, Paul St-Pierre Plamondon avait fondé le groupe Génération d'idées avec Mélanie Joly. Plusieurs politiciens s'étaient joints à ce mouvement.

St-Pierre Plamondon s'est également fait connaître pour son essai «Les orphelins politiques», dans lequel il plaide pour l'émergence d'un mouvement de gauche modéré. Il a créé le mouvement du même nom en 2016.

Dans la même catégorie