/regional/saguenay

Une résidente du Lac-Saint-Jean raconte ce qu'elle a vécu

Jean Houle | TVA Nouvelles

Plusieurs propriétaires de résidences en Floride les déplacements de l'ouragan Matthew cette semaine bien à l'abri, devant leur téléviseur, au Québec. Certains étaient toutefois sur place, comme Louise Gaudreault, originaire du Lac-Saint-Jean.

Sauf à Daytona sur la côte est, les dommages ont beaucoup moins importants que prévus, au grand soulagement des propriétaires.

«Ce n'est pas encore la saison où on retrouve beaucoup de gens du Saguenay Lac St-Jean qui viennent passer l'hiver en Floride», a dit justement un de ces propriétaires. «La plupart des gens veulent arriver à la fin de novembre.»

Matthew a fait des dommages à Daytona Beach, mais il a épargné West Palm Beach, un peu plus au sud.

«On nous avait annoncé le pire ouragan depuis longtemps», a rappelé Louise Gaudreault, établie à Lake Worth, en banlieue de West Palm Beach, finalement épargnée par Matthew.

«On nous disait que les pluies seraient diluviennes et que les égouts refouleraient.»

Quand les autorités ont annoncé que l'ouragan atteindrait la force 4, la femme originaire d'Hébertville-Station et son mari ont jugé qu'il valait mieux se réfugier plus au nord, sur la côte ouest, à Tampa Bay, à quatre heures de route.

«Catégorie 4, ça veut dire que l'ouragan s'attaque aux structures. Je me suis dit qu'on ne pouvait pas prendre de chance.»

L'ouragan s'est limité à la côte est, plus à la hauteur de Daytona Beach. La Jeannoise a donc pu regagner son port d'attache au bout de 24 heures. Seule trace de Matthew: une interruption de courant d'à peine 60 minutes.

Louise Gaudreault passe des hivers en Floride depuis 2007. Elle n'avait jamais été témoin d'un ouragan, et elle ne les craint pas non plus.

«Au Saguenay, il y a eu Saint-Jean-Vianney, le déluge, le tremblement de terre; Montréal a eu la crise du verglas. On ne peut vraiment pas contrôler la nature.»

«Je ne pourrai pas me passer de la Floride, surtout en janvier, là! Je ne suis plus habituée au froid et j'aime mieux m'habituer aux ouragans!» a-t-elle lancé en riant.

Dans la même catégorie