/news/politics

Alliance des indépendantistes, une tâche impossible pour Lisée?

Louis Gagné | Agence QMI

 - Agence QMI

Le nouveau chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, aura beaucoup de mal à conclure une alliance électorale avec les autres formations indépendantistes s’il maintient sa stratégie référendaire.

«Il nous propose de remettre le référendum à 2022, ce qui n’est pas du tout la position de Québec solidaire», a fait valoir Françoise David en entrevue avec l’Agence QMI.

Selon la députée de Gouin, le projet d’oléoduc Énergie-Est, qui «comporte plusieurs dangers importants» pour le Québec, mais qui relève d’Ottawa, illustre à lui seul l’importance de ne pas remettre l’indépendance aux calendes grecques.

«M. Lisée nous reporte tout ça pour dans six ans, c’est bien loin, donc là, il y a un obstacle important», a-t-elle indiqué, tout en précisant que la décision de conclure ou non une alliance électorale reviendra aux militants de son parti.

Le chef d’Option nationale, Sol Zanetti, est pour sa part incapable d’envisager la convergence des forces souverainistes maintenant que le PQ est dirigé par Jean-François Lisée.

«Je ne sais pas comment ça pourrait se passer. On va continuer à participer à la table de concertation de OUI-Québec, mais si Jean-François Lisée fait juste dire qu’il faut la convergence en parole, mais qu’il n’est pas prêt à faire ce qu’il faut pour l’obtenir, le PQ ne fera pas partie de cette convergence-là», a-t-il prévenu.

En repoussant la tenue d’un référendum sur la souveraineté à 2022, le parti de René Lévesque risque de perdre des électeurs au profit d’Option nationale, croit son chef.

Sol Zanetti ajoute que si le PQ fait uniquement campagne sur la nécessité de battre les libéraux aux élections de 2018, il risque de se faire doubler par la CAQ, qui sera à son avis la «mieux positionnée pour se faire voir comme une alternative au PLQ».

Ce qu’ils ont dit au sujet de Jean-François Lisée

- Mario Beaulieu, député bloquiste de La Pointe-de-l'Île, ex-chef du Bloc québécois: «On va l’appuyer dans sa campagne de promotion et de préparation de l’indépendance, mais la tâche est immense parce que ça fait 20 ans que l’indépendance est en veilleuse et qu’on n’en parle pas.»

- Rhéal Fortin, chef intérimaire du Bloc québécois: «J’ai hâte de travailler avec Jean-François Lisée. C’est un homme intelligent doué d’une vision hors du commun qui va insuffler au mouvement indépendantiste une nouvelle direction.»

- Claudette Carbonneau, présidente des Organisations unies pour l’indépendance (OUI-Québec): «Je veux l’assurer de toute la collaboration des OUI-Québec pour faire avancer la cause de l’indépendance.»

Dans la même catégorie