/news/politics

Prix sur le carbone: une bataille constitutionnelle en vue?

Agence QMI

sun photo/Winnipeg Sun/Qmi Agenc

Fermement opposée à l’imposition d’une taxe sur le carbone, la Saskatchewan jongle avec l’idée d’ouvrir une bataille juridique avec le gouvernement fédéral.

Annoncée au début de la semaine, la décision du gouvernement Trudeau d’imposer une taxe de 10 $ la tonne sur le carbone dès 2018, pour atteindre 50 $ d’ici 2022, est une couleuvre difficile à avaler pour le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall. Le projet du fédéral va faire mal aux Saskatchewanais, a confié M. Wall, selon Postmedia.

À Regina, Brad Wall a réagi pour la première fois, vendredi, à l’annonce du fédéral. Il a notamment confié que ce n’était pas le bon moment pour se lancer dans une telle mesure.

«Le secteur de l'énergie a perdu des milliers d'emplois et nous avons dit à maintes reprises que ce n'était pas le temps», a-t-il dit.

Le premier ministre saskatchewanais a également fait comprendre que son ministre de la Justice évaluait actuellement les options juridiques pour s’opposer au plan d’Ottawa, notamment au point de vue constitutionnel.

«Avec le plan mis de l’avant par le gouvernement, toutes les juridictions canadiennes auront tarifié la pollution causée par le carbone d’ici 2018», a déclaré Justin Trudeau lundi à la Chambre des communes.

Rappelons que l’annonce de M. Trudeau avait fait dérailler la rencontre des ministres de l’Environnement du fédéral et des provinces, qui étaient réunis à Montréal. Trois provinces - la Saskatchewan, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve - ont claqué la porte, parce qu’ils rejettent l’imposition d’un système de tarification sur le carbone.

Dans la même catégorie