/regional/montreal/monteregie

Des lumières en forme de pénis pour déranger son voisin

Magalie Lapointe | Journal de Montréal

Magalie Lapointe/Journal de Montréal

Un résident de la Montérégie a installé des lumières en forme de pénis d'environ six pieds de haut et deux pieds de large dans sa cour arrière, pour incommoder un voisin avec qui il est en chicane depuis trois ans.

Un couple de Saint-Jean-sur-Richelieu a investi des milliers de dollars pour ne plus être dérangé par des lumières en forme de pénis sur le terrain d’à côté. Il a planté une haie et installé des vitres teintées à son pavillon pour ne plus y être exposé.

Selon nos informations, ce serait une chicane sur l’emplacement d’un arbre qui aurait incité un citoyen à installer cet «arrangement lumineux» afin d’incommoder son voisin.

Depuis 2013

Ce long organe génital masculin brillerait par intermittence depuis environ trois ans.

Or, depuis le mois de mai dernier, le voisin l’allume tous les soirs jusqu’au lever du jour.

Selon un ami du couple visé, l’individu cherche à les faire réagir.

«Cet été, je suis allé les voir accompagné de ma fille de 14 ans et j’étais très embarrassé par ce pénis lumineux, je ne savais pas trop comment lui expliquer ça», a raconté cet ami du couple, Gaetano, qui a demandé de taire son nom de famille.

Plaintes

Des plaintes ont été déposées cet été au Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Cependant, aucun règlement municipal n’interdit l’érection d’un phallus lumineux dans une cour arrière. Les policiers ne peuvent donc pas intervenir.

Par contre, l’agent en prévention et relations communautaires Martin Anctil a indiqué que si d’autres gestes sont commis et qu’un dossier de harcèlement ou d’intimidation est ouvert, l’installation peut être ajoutée comme élément de preuve.

Règlement

Le voisinage implore depuis des mois la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu d’adopter un règlement lui permettant d’intervenir dans ce dossier.Rien n’est fait pour le moment. «Il y a des plaintes pour des petites affaires et la Ville agit. Ces lumières polluent le paysage depuis des années et la Ville ne bouge pas», a dit un résident du quartier, qui a requis l’anonymat.

«C’est un dossier particulier qui nous porte à réfléchir sur ce qu’une Ville pourrait faire dans une telle situation», a dit le responsable des relations médias de Saint-Jean-sur-Richelieu, Sylvain Latour.

Le propriétaire du pénis lumineux n’a pas voulu faire de commentaires.

Dans la même catégorie