/regional/montreal/montreal

Une passion d’enfance pour Benoit Clairoux

Camille Gaior | Agence QMI

Sébastien St-Jean/Agence QMI

La passion de Benoit Clairoux, amoureux du métro de Montréal, a teinté sa vie à plusieurs égards, puisqu’en plus d’écrire deux livres sur le sujet, il est devenu un collectionneur compulsif et travaille depuis 14 ans pour la STM.

«La première fois que j’ai pris le métro, en 1980, c’était pour aller voir un match des Expos et j’ai été subjugué par l’architecture et la technologie, a raconté Benoit Clairoux, qui avait 7 ans à l’époque. On habitait Charlesbourg et à chaque fois qu’on venait à Montréal, je demandais à mes parents de prendre le métro.»

D’abord émerveillé à travers ses yeux d’enfant, il est aujourd’hui fasciné par l’ampleur du projet et sa réalisation.

«Ça s’est fait très vite, certaines stations étaient prêtes en 3 ans tout en reliant certaines à la ville souterraine et pour éviter les détours, ils construisaient des ponts temporaires», rappelle-t-il.

Pour lui, Montréal a su profiter de cette occasion pour se démarquer, tout d’abord en intégrant de

«l’art public dans le métro, c’était novateur même à l’échelle internationale» et en misant sur de grands volumes «pour éviter les petits tunnels comme à Paris».

Un «ramasseux»

Billets de correspondances, anciens plans, brochures datant de l’ouverture et même copie des projets tablettés, Benoit Clairoux ramasse tout et son embauche à la STM n’a pas assouvi sa passion.

«Dès que quelqu’un prend sa retraite, je fais le ménage dans son bureau», lance-t-il à la blague. Il a d’ailleurs cédé une bonne partie de sa collection aux archives de la STM, par manque d’espace et dans l’intérêt de la mémoire collective.

Mine d’anecdotes

Au fil des années, il a aussi rencontré beaucoup de témoins de cette époque, devenant une mine d’or d’anecdotes.

«Pierre Bourgeau, l’architecte en chef, me racontait que dans certaines stations, les tourniquets avaient été posés la veille de l’inauguration, tout devait être prêt, on était quand même à la veille d’élection.»

Rappelons que le 23 octobre 1966, soit 9 jours après l’inauguration du métro, les Montréalais réélisaient Jean Drapeau pour un 3e mandat, avec 94 % des voix.

Saviez-vous que?

Atwater - Cette station a servi de terminus pour la ligne verte d’octobre 1966 à septembre 1978.

Côte-des-Neiges - Une femme a donné naissance à son enfant dans cette station, le 19 octobre 1992.

de l'Église - Cette station est la seule où les deux quais sont situés du côté gauche du train.

Georges-Vanier - Cette station est la seule à n’être desservie par aucune ligne de bus.

Langelier - On retrouve tout près de 1 200 bancs en forme de «L» à travers cette station.

McGill - Cette station a déjà abrité une succursale de la Bibliothèque de Montréal.

Radisson - Le film «Le Chacal» (1997), avec Richard Gere et Bruce Willis, a été tourné en partie dans cette station.

* Source STM

Dans la même catégorie