/news/currentevents

Le SPVQ confirme qu’une enquête est ouverte depuis mars dernier

TVA Nouvelles

Au lendemain de la déclaration d’une jeune femme qui prétend avoir été agressée sexuellement par un député du Parti libéral, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) affirme qu’une enquête est déjà ouverte depuis mars dernier concernant cet événement qui serait survenu en 2014.

«Le Service de police de la Ville de Québec confirme que des éléments nous ont été signalés à propos de gestes sexuels envers une victime qui s’est manifestée de manière publique», a déclaré Étienne Doyon, porte-parole du SPVQ.

Le corps de police ajoute qu’il a maintenant besoin de la collaboration de la victime pour poursuivre son investigation.

Par ailleurs, le SPVQ réagit également aux allégations de la présumée victime envers les policiers. La femme soutient que lorsqu’elle a voulu porter plainte à l’origine, on lui aurait répondu : «De toute façon, on ne te croira pas, c’est l’ami du patron.»

«C’est la première fois que nous avons des informations à propos du travail des policiers dans cette enquête, ajoute M. Doyon. Nous désirons avoir la contribution de la victime pour établir les circonstances dans lesquelles se sont produites ces affirmations qui ne représentent aucunement les valeurs du SPVQ.»

La police de Québec confirme qu’aucune enquête interne n’est ouverte pour le moment concernant cet incident allégué.

Par la voix de son porte-parole, le SPVQ rappelle qu’il attache une importance aux victimes qui dénoncent des gestes à caractère sexuel. «Ces dossiers sont d’une grande importance pour l’ensemble des policiers de la ville de Québec qui les traitent avec rigueur et professionnalisme», ajoute-t-il.

Dans la même catégorie