/news/politics

La CAQ espère que Sklavounos «réfléchira à la possibilité de démissionner»

TVA Nouvelles

Dans la foulée des allégations d’agression sexuelle concernant Gerry Sklavounos, la CAQ demande au député libéral de sérieusement considérer de démissionner de son poste à l’Assemblée nationale.

«Ce que j’ai dit à monsieur Sklavounos, c’est qu’il devrait réfléchir très sérieusement à la possibilité de démissionner de son poste [...] J’imagine que ce sera impossible pour lui de travailler dans les circonstances», a avoué la députée caquiste Nathalie Roy vendredi matin lors d’un point de presse.

 «Toute l’institution de l’Assemblée nationale est discréditée, tous les parlementaires sont discrédités et les citoyens sont inquiets. J’espère qu’il réfléchira», a-t-elle ajouté.

Nathalie Roy s’avoue aussi abasourdie par le nombre important de témoignages qui ressortent depuis que la nouvelle est tombée.

«Depuis hier, j’entends toute sorte de choses de la part de gens de tous les partis. Le fait qu’il y a cette vague d’encouragement envers les femmes, ça a fait remonter plein de choses à la surface. Ce que je trouve triste, c’est que tout ce qu’on lit ce matin [entre autres dans un article du Devoir] touche M. Sklavounos», a expliqué la députée de Montarville.

L’article du Devoir fait en effet état de témoignages troublants de la part d’employés et d'ex-militants à l’Assemblée nationale, des histoires qui mettent en lumière les comportements déplacés du député de Laurier-Dorion. On le qualifie entre autres comme étant quelqu’un d’«insistant» et de «cruiseur».

Gerry Sklavounos a été expulsé du caucus libéral hier et clame son innocence.

Dans la même catégorie