/regional/montreal/montreal

Une circonscription sous le choc

TVA Nouvelles 

Les allégations d’agression sexuelle qui pèsent contre le député de Laurier-Dorion Gerry Sklavounos font réagir dans cette circonscription montréalaise.

Aucun employé ne s’est présenté au bureau de circonscription de M. Sklavounos vendredi, mais des femmes s’y sont rendues pour confronter le député.

Alice Monet a initié un mouvement sur Facebook et a encouragé les gens à se déplacer pour réclamer la démission du député.

«Ce matin, j’ai appris que M. Sklavounos avait posé des gestes et dit des commentaires très déplacés à l’égard de jeunes femmes à l’Assemblée nationale. Je trouve ça absolument indignant que ces gestes et ces paroles aient été tolérés, a affirmé Mme Monet. Je trouve qu’une personne élue ne devrait pas avoir un tel comportement.»

«Je crois qu’il faut vraiment dire que nous sommes écœurées, a affirmé une femme qui s’est jointe au mouvement. Je souhaite qu’il y ait une grande manifestation pour soutenir l'ensemble des femmes et je sens que ça se prépare.»

D'autres électeurs de Laurier-Dorion rencontrés par TVA Nouvelles ont tenu à s'exprimer vendredi matin.

«Il est toujours présumé innocent jusqu’à preuve du contraire. C’est bien qu’il ait quitté le caucus et nous attendons maintenant qu’il passe en cour», a dit un citoyen interrogé par TVA Nouvelles en matinée.

Gerry Sklavounos, 41 ans, remplit son quatrième mandat dans la circonscription. Il a été expulsé du caucus libéral et siègera dorénavant en tant qu’indépendant.

Dans la même catégorie