/news/society

«Ceux qui jugent sont ignorants»- Nathalie Simard

TVA Nouvelles

Nathalie Simard en a visiblement assez d’entendre des commentaires irrespectueux au sujet d’Alice Paquet, la jeune femme qui allègue avoir été battue et violée par le député libéral de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos.

«Ceux qui jugent, sont des gens qui sont ignorants et je trouve ça très dommage les jugements gratuits sans savoir de quoi on parle, sans savoir ce que les victimes ont vécu et comment elles se sentent», lance-t-elle.

«Aujourd’hui on est à l’ère de discriminer les victimes et de remettre constamment en doute leur jugement et là c’est l’agresseur qui devient la victime».

Capture d'écran TVA Nouvelles

«On [les victimes] se retrouve toujours dans une certaine prison à cause des commentaires irrespectueux».

Nathalie Simard a été agressée sexuellement par son imprésario Guy Cloutier pendant de nombreuses années. Elle a porté plainte à la police en février 2004. Guy Cloutier a été condamné à purger trois ans et demi de prison le 20 décembre de la même année. Il a retrouvé sa liberté le 21 juillet 2006.

Dénoncer une personnalité connue

Nathalie Simard rappelle que de dénoncer une personnalité connue demande beaucoup de force et que des accusations causeront toujours un choc.

«C’est quelque chose de dénoncer un homme politique ou une personnalité connue et ça prend beaucoup de courage (...) parce qu’il y aura toujours une surprise qui suivra des accusations sur une personnalité connue et il y aura toujours des jugements».

Travail des policiers

Nathalie Simard dit avoir été très bien soutenue par les policiers lors de sa dénonciation en février 2004. Même si elle avoue qu’il y a parfois des ratés, elle dit qu’il ne faut pas mettre tous les «agents dans le même panier».

«Moi j’ai vraiment été entourée d’une façon extraordinaire et j’en serai toujours reconnaissante face aux policiers qui m’ont suivie, qui m’ont aidée à passer à travers cette tornade (...) parce que c’est très insécurisant de s’embarquer dans le processus judiciaire pour arriver à une dénonciation, c’est un long processus et vraiment, il y a des policiers qui sont très bien outillés aujourd’hui même s’il y a encore des erreurs».

Des mots pour Alice

Nathalie Simard souhaite dire à Alice de «demeurer courageuse et de continuer d’écouter sa petite voix intérieure, d’avoir confiance en notre système judiciaire et de poursuivre sa croisade».

«Des milliers de femmes sont derrière elle et derrière toutes les victimes qui sont en processus [de dénonciation]», conclut l’ex-chanteuse.

Dans la même catégorie