/news/politics

Le député Sklavounos au Québec avec sa famille

TVA Nouvelles

Le député Gerry Sklavounos et son personnel se font plutôt discrets depuis les révélations d’une jeune femme de Québec qui a allégué, la semaine dernière, avoir été agressée sexuellement par l’élu de l’Assemblée nationale.

Des articles de quotidien et des caricatures ont été apposés sur la façade du bureau de sa circonscription montréalaise de Laurier-Dorion, boulevard Saint-Laurent, a constaté TVA Nouvelles.

Lundi après-midi, des informations avaient filtré au sujet d’une réunion du personnel politique visant à préparer la suite des événements.

Mais contrairement à ce que certaines rumeurs ont laissé entendre, Gerry Sklavounos n’est pas parti à l’étranger, a précisé un employé de son bureau. Il reste en retrait, au Québec, avec sa femme et ses enfants.

«Il est toujours député de Laurier-Dorion, nous assure-t-on à son bureau. Il n’y a pas d’accusation portée contre M. Sklavounos. Le bureau fonctionne normalement, les citoyens viennent et on répond au téléphone», confie un membre du personnel.

Cependant, le bureau dit avoir reçu quelques appels téléphoniques de gens voulant se plaindre à la suite des allégations soulevées par Alice Paquet.

Rappelons que M. Sklavounos ne fait face à aucune accusation pour l’instant, bien qu'il ait été exclu du caucus libéral.

On ignore pour le moment si le député libéral de 41 ans a l’intention de faire une déclaration ou s’il entend demeurer dans l’ombre en attendant que la justice suive son cours.

Dans la même catégorie