/news/politics

Santé Canada cuisine un nouveau guide alimentaire

Agence QMI

Santé Canada cuisine un nouveau Guide alimentaire et les Canadiens sont invités à y ajouter leur grain de sel.

La prochaine mouture du Guide, dont la dernière mise à jour date de 2007, inclura «les preuves scientifiques les plus récentes» afin «de mieux aider les Canadiens à faire des choix alimentaires sains», selon le ministère.

«Tout le monde conviendra qu'il est important de bien manger, de faire de l'activité physique et d'avoir un mode de vie sain pour réduire le risque de maladies chroniques comme le cancer, les maladies du cœur, et le diabète de type 2», a affirmé à Montréal, lundi matin, la ministre de la Santé Jane Philpott.

Une consultation publique de 45 jours, se terminant le 8 décembre prochain, a été mise en branle lundi.

Le futur Guide, qui sera publié avant 2020, promet d’être plus facile à interpréter.

En plus d’un nouveau Guide alimentaire, le fédéral s’engage aussi à adopter un train de mesures pour aider les Canadiens à mieux s’alimenter.

D’ici la fin de l’année, Ottawa renforcera notamment l'étiquetage nutritionnel et des ingrédients, y compris les sucres et les colorants alimentaires, afin d’en faciliter la lecture.

De plus, l’an prochain, Santé Canada publiera une évaluation complète des efforts de l'industrie alimentaire pour réduire le sodium dans les aliments, comme le lui avait demandé le fédéral en 2012.

À moyen terme, Ottawa compte également couper le gras trans produit industriellement et limiter la publicité de boissons et d'aliments malsains s'adressant aux enfants.

Sur ce sujet, la ministre souhaite s’inspirer du Québec, où des lois protégeant les enfants existent déjà.

«C’est une mesure efficace qui a fait ses preuves, a-t-elle fait valoir en point de presse en marge du Congrès canadien sur la santé cardiovasculaire. Les enfants québécois mangent moins de "fast-food", par exemple, et c’est fantastique.»

La ministre Philpott n’a toutefois pas l’intention d’imposer, pour l’instant du moins, une taxe sur les boissons sucrées comme l’exigent des professionnels de la santé depuis plusieurs années.

Rappelons que le gouvernement du Québec a ouvert la porte à une éventuelle taxation des boissons sucrées, dimanche dernier, en lançant une nouvelle politique de prévention en santé.

Dans la même catégorie