/news/politics

«J’ai consulté un médecin qui m’a prescrit un congé» - Gerry Sklavounos

TVA Nouvelles

Gerry Sklavounos, qui ne fait plus partie du caucus libéral depuis la déclaration fracassante d’Alice Paquet qui l’accuse de l’avoir agressée sexuellement, a fait parvenir une lettre au président de l’Assemblée nationale afin de l’informer qu’il est en congé de maladie.

«Sur la recommandation de mon entourage, j'ai consulté mon médecin, qui m'a prescrit un congé afin de pouvoir faire face à la situation au meilleur de mes moyens, avec l'appui de ma famille», écrit le député de Laurier-Dorion à l’adresse de Jacques Chagnon.

Le politicien de 41 ans et père de deux enfants se dit «grandement affecté par la situation» et s’en remet à son bureau de circonscription dans le but de faire «avancer les dossiers des résidents de Laurier-Dorion durant son absence» dont il ne précise pas la durée.

On comprend que Gerry Sklavounos ne siègera pas à l’Assemblée nationale, même en tant que député indépendant, tout au long de l’enquête criminelle que mène le Service de police de la Ville de Québec. Alice Paquet a déposé une plainte contre le député qu’elle identifie comme son agresseur, en mars 2016.

«Afin de ne pas entraver le processus d'enquête en cours, j'ai dû faire le choix difficile, mais nécessaire de ne pas commenter davantage la situation. Je ne peux que réitérer que je considère avoir toujours agi dans le plus grand respect des personnes que j'ai côtoyées et que je souhaite par-dessus tout que la lumière soit faite. Ceux qui me connaissent sauront faire la part des choses», espère Gerry Sklavounos.

Ce dernier écrit également dans sa lettre qu’il en a transmis une copie au commissaire à l'éthique et à la déontologie, Jacques Saint-Laurent.

 

 

Dans la même catégorie