/finance/realestate

Immobilier : les nouvelles mesures fédérales vont plomber le marché

Argent

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) s’attend à un ralentissement marqué du marché immobilier au Québec, à la suite des nouvelles mesures du gouvernement fédéral pour prévenir le surendettement des ménages.

La FCIQ entend revoir «significativement» à la baisse le scénario des prévisions de l'an prochain qu'elle prépare actuellement, et la valeur des propriétés pourrait diminuer.

«L'impact sur le nombre de ventes sera à tout le moins aussi important que le resserrement hypothécaire de 2012 qui a fait diminuer la période maximale d'amortissement de 30 à 25 ans», a expliqué vendredi Paul Cardinal, directeur - Analyse de marché, à la FCIQ.

«Au chapitre de la valeur des propriétés, il y a un réel risque de voir les prix diminuer. Les propriétés étant le principal actif des ménages, une diminution de leur sentiment de richesse et de leur confiance pourrait en retour affecter négativement leurs dépenses de consommations», estime M. Cardinal.

Depuis le 17 octobre, tous les prêts assurés auprès de la SCHL ou d’un assureur privé (prêts hypothécaires dont la mise de fonds est inférieure à 20%) doivent être soumis à une simulation de taux de crise. L’emprunteur n’est plus qualifié selon le taux qu’il obtient de son institution financière, mais plutôt sur un taux de cinq ans établi par la Banque du Canada.

Or, ce taux plus élevé réduit la capacité d’emprunt. Par exemple, pour une propriété de 380 000$, un ménage voit sa capacité d’emprunt passer de 360 000$ à 285 000$. Il ne se qualifiera donc plus si sa mise de fonds n’est que de 20 000$ et devra viser l’acquisition d’une propriété dont le prix de dépassera pas 305 000$.

D’autres mesures fédérales visant les prêteurs entreront en vigueur le 30 novembre prochain. Les nouvelles règles plus sévères vont faire en sorte de les priver d’une source de financement qui leur permet de soutenir la concurrence face aux grandes banques.

«Ces changements feront diminuer la disponibilité des fonds et la concurrence sur le marché hypothécaire, ce qui risque fort de se traduire par des taux hypothécaires plus élevés», soutient la FCIQ.

La FCIQ souligne que les effets de ces mesures, qui entrent en vigueur en même temps, se combineront dans un contexte où la croissance des prix au Québec est inférieure à 3%, un pourcentage qu’elle qualifie d’anémique.

«La portée de tous ces changements sera majeure», affirme la FCIQ.

Dans la même catégorie