/regional/homepage

Coderre préoccupé par l’espionnage d’un chroniqueur par le SPVM

Marie Christine Trottier

 - Agence QMI

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est dit préoccupé par l'espionnage du chroniqueur de «La Presse» Patrick Lagacé par ses policiers, mais il ne veut pas se mêler des affaires du SPVM.

Selon lui, la surveillance dont a fait l’objet le chroniqueur est inacceptable. Le directeur du SPVM, Philippe Pichet, sera toutefois maintenu en poste, malgré la demande de suspension temporaire suggérée par Projet Montréal.

«[Si on suspend M. Pichet] ça voudrait dire quoi? Que M. Pichet est fautif? [...] Québec a les capacités pour faire les vérifications nécessaires», a affirmé le maire.

Relations avec le SPVM

Même s'il a parlé à M. Pichet plus tôt dans la journée, il ne lui a pas demandé plus d'explications sur cette affaire parce qu'il estime que ce n'est pas à lui de poser ces questions.

«Je lui ai dit que j'étais préoccupé par ce que je voyais et je lui ai réitéré que la question de la liberté de presse est importante», a dit le maire.

Il aussi affirmé que «c'est normal qu'il y ait une relation de communication entre le chef de police et le maire», mais qu'il ne s'immiscera jamais dans les opérations policières puisque «ce serait une erreur majeure».

La balle dans le camp de Québec

Le maire Coderre a posé des questions au ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, et lui a demandé de s'assurer qu'on protège la liberté de presse et de «faire des vérifications». Il n'a pas précisé s'il souhaite la tenue d'une enquête, se contentant de répondre que c'est au ministre de réagir.

Il a aussi indiqué qu'il ignore si d'autres journalistes font l'objet d'une enquête ou s'ils sont surveillés par le SPVM puisqu'il «ne se mêle jamais des enquêtes policières».

«Nous devons être factuels et examiner le processus qui a fait en sorte qu'on a autorisé cette surveillance-là», estime le maire.

Réaction d'Edward Snowden

Le sérieux de cette surveillance a fait réagir le lanceur d’alerte bien connu Edward Snowden, un informaticien américain qui avait transmis plusieurs informations sensibles aux médias. Sur Twitter, il a écrit «Vous êtes journaliste? La police vous espionne pour identifier vos sources, ce n’est pas hypothétique. C’est maintenant.»

Dans la même catégorie