/news/politics

Surveillance électronique: la CAQ «très inquiète»

Taïeb Moalla | Agence QMI

La députée caquiste et ancienne journaliste, Nathalie Roy, s’est dite «très inquiète» de l’espionnage du téléphone du journaliste Patrick Lagacé, par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

«Je trouve ça très inquiétant que M. Lagacé ait été espionné par la police. Il n’y a rien de plus important pour les journalistes que les sources journalistiques», a soutenu la députée, lundi matin, en marge d’une Conférence internationale sur la radicalisation.

Mme Roy s’est également interrogée sur les risques de cette pratique. «Que va-t-il arriver à ces sources si elles ont peur et qu’elles n’oseront plus communiquer avec les journalistes pour leur donner de l’information?», s’est-elle demandée.

Raisonnement semblable du côté de la députée du Parti québécois, Agnès Maltais. «Je ne comprends pas pourquoi ils ont fait ça. Le SPVM devra s’expliquer, a-t-elle soutenu. La liberté de presse et la protection des sources journalistiques sont des choses fondamentales dans une démocratie.»

Interrogée sur le même sujet, la ministre Christine St-Pierre s’est montrée plutôt prudente. «Pour avoir été journaliste pendant 30 ans, la protection des sources, c’est fondamental, essentiel et primordial (...) C’est préoccupant cette histoire», a-t-elle fait remarquer. La ministre a également a appelé les journalistes à se concerter et à «arriver avec des propositions».

Sur Twitter, l’ancien député libéral et ex-bâtonnier du Québec, Gilles Ouimet, a indiqué ceci. «Enquêtes policières sur les sources journalistiques: le sujet est grave et mérite une commission d'enquête».

Dans la même catégorie