/finance/homepage

Une hausse des taxes plane sur les agriculteurs

Shanny Hallé | TVA Nouvelles

RENE BAILLARGEON/JOURNAL DE QUEBEC

Pas moins de 83 % des agriculteurs de la province verront leur compte de taxes augmenter de façon substantielle dès l'application des changements apportés au Programme de crédit de taxes foncières agricoles par le gouvernement du Québec.

Ces hausses représenteront un autre coup dur pour les producteurs agricoles qui devront à nouveau débourser pour payer cette augmentation de taxes foncières.

Le député de Rimouski, Harold Lebel, croit que ces augmentations pourraient être de 3000 $ à 4000 $ par agriculteur par année. Une somme jugée disproportionnée comparativement aux taxes payées par un citoyen normal.

Harold Lebel et le député Pascal Bérubé dénoncent l'attitude du ministre Pierre Paradis qui refuse d'écouter les producteurs agricoles.

«On parle d'une facture d'impôts fonciers qui pourrait augmenter de 3000 à 4000$ par agriculteur, c'est beaucoup. Et on dit que 83 % des agriculteurs du Québec pourraient être touchés. Un impact majeur pour les agriculteurs, pour l'économie de la région. Il faut absolument que le ministre écoute la population, les agriculteurs et reporte l'impact de ces mesures», a expliqué le député de Rimouski Harold Lebel.

Les deux députés ajoutent que ces mesures vont mettre les producteurs dans une situation financière intenable, alors que la pression est forte pour eux.

«Il y a des producteurs chez nous qui m'ont dit que ce n'est pas une grosse coupure, mais si on regarde tout ce qu’il a enlevé, tout ce qu'il est allé chercher dans les poches des producteurs, c'est déjà beaucoup», a raconté Gilbert Marquis, président de l'UPA du Bas-Saint-Laurent, parlant du ministre Paradis.

L'UPA et les deux députés se sont rencontrés lundi pour discuter de la suite des choses.

L'UPA pourrait demander un moratoire sur la question. Cette pause permettrait ainsi à l'UPA de consulter ses agriculteurs, les avertir de ce qui s'en vient, et ainsi trouver une solution pour ne pas qu’ils soient pénalisés par décision du gouvernement libéral.

Les inquiétudes sont nombreuses, surtout lorsqu'on pense qu'une grande majorité des producteurs agricoles sont touchés par cette mesure.

Dans la même catégorie