/news/currentevents

EXCLUSIF | La chasse aux sources journalistiques est ouverte au SPVM

Félix Séguin | Bureau d'enquête

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a déclenché le 26 avril dernier, une chasse aux sources journalistiques sans précédent au sein de son propre service de police.

C’est le bras droit du directeur Philippe Pichet qui en a fait l’annonce lors d’une réunion de direction.

Selon des enregistrements que notre Bureau d’enquête a pu consulter, l’assistant-directeur Mario Guérin, a affirmé vouloir «trouver les failles» au sein du SPVM.

Cette réunion a eu lieu à la salle de réception Riviera du boulevard Henri-Bourrassa, 20 jours après le saccage du poste de quartier 39 du SPVM .

Une marche à la mémoire de Freddy Villanueva avait dégénéré et une soixantaine de jeunes s’en sont pris aux locaux de la police.

Peu après, le journaliste Yves Poirier de TVA Nouvelles a appris que la police avait décidé de laisser faire le saccage pour empêcher que la situation s’envenime. Un dossier «politique», lui disait-on, au printemps dernier.

«Descendre sur le terrain»

Mario Guérin, enregistré à son insu, commence son allocution devant les cadres ainsi : «... le journaliste a une information des plus privilégiées d’une personne très très très près des opérations», en insistant beaucoup sur l’importance de «....trouver la faille.»

«S’il y a encore du coulage, que ça soit dans n’importe quelle division, on va convoquer les cadres de la division concernée. On va descendre sur le terrain et on va aller voir qu’est-ce qui s’est passé», annonçait l’assistant-directeur.

Déplacements

Il n’a pas hésité non plus à laisser planer certaines mesures correctives pour pallier le «coulage» dans les rangs policiers.

«Si ça prend des déplacements (de personnel), peu importe, c’est Philippe (Pichet) qui va avoir le "lead" là-dedans.»

«Il faut briser la culture du coulage», a-t-il ajouté.

«Ça va prendre deux ans, mais va falloir briser cette culture-là», conclut-il.

L’assistant-directeur Guérin, membre de la garde rapprochée du chef du service de police conclut son énoncé avec la déclaration suivante

«Les gens qui sont en place martèlent le message d’être hermétiques au niveau de l’information».

La chasse aux sources des journalistes est donc confirmée dans une réunion avec le bras droit de Philippe Pichet.

Selon nos informations, depuis cette rencontre, des policiers soupçonnés d’entretenir de bonnes relations avec les médias d’information, se sont vus refuser des promotions.

Les citations de Mario Guérin – 26 avril 2016

«C’est un journaliste qui a communiqué avec un de nos relationnistes médias et il mentionne avec une précision incroyable des détails sur le nom des sujets arrêtés ou non arrêtés.»

«Ça veut dire que le journaliste a une information des plus privilégiées d’une personne très très très près des opérations.»

«J’étais vraiment déçu. Le lendemain matin, j’ai convoqué tous mes cadres à 10h pour évaluer la situation.»

«Pour le ''coulage'', aux médias, d’information, on a deux choix. On a le premier choix de dire c’est normal, c’est la nouvelle génération, sont ''plogués'' sur internet.»

«Ce qui est le plus anormal, c’est que nous, comme direction, qu’on ne fasse rien (sur le ''coulage'') parce que c’est rendu une culture.»

«Il faut poser des actions pour que les acteurs impliqués (dans le ''coulage'') sentent que ça nous préoccupe.»

«Les intervenants de première ligne seront rencontrés, chacun.»

«On a déjà eu deux rencontres avec les affaires internes (sur le ''coulage'') et on va aller rencontrer les cadres.»

«S’il y a encore du ''coulage'', que ça soit dans n’importe quelle division, on va convoquer les cadres de la division concernée. On va descendre sur le terrain et on va aller voir ce qui s’est passé.»

«Il faut tenter de trouver la faille.»

«Si ça prend des déplacements (de personnel), peu importe, c’est Philippe (Pichet) qui va avoir le ''lead'' là-dedans.»

«Il faut briser la culture du ''coulage''.»

«Ça va prendre deux ans, mais va falloir briser cette culture-là.»

«Les gens qui sont en place martèlent le message d’être hermétiques au niveau de l’information.»

«On convoque nos cadres et à partir de là les affaires internes vont venir trouver les failles.»

Dans la même catégorie