/finance/homepage

Moins de dépenses, plus de cartes-cadeaux

Daniel Mallard/Agence QMI

Un Québécois sur deux offrira des cartes-cadeaux, à Noël, et un sur quatre fera au moins un achat en ligne.

Cependant, leur montant alloué aux cadeaux et aux repas sera légèrement plus faible que l’an dernier : 634$, contre 654$ en 2015.

C’est ce qui ressort de la dernière enquête réalisée par le Groupe Altus, pour le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), qui sonde chaque année un millier de Québécois sur leurs intentions d’achat à l’occasion des Fêtes.

Cette période est très importante pour le commerce de détail : les achats y représentent 3% des ventes non alimentaires et 4% des ventes alimentaires de l’ensemble de l’année, souligne Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD. Le total des achats devrait atteindre 2,29 milliards de dollars au Québec.

Plus aux cadeaux, moins aux repas et à l’alcool

Deux Québécois sur trois (64 %) vont donner des cadeaux durant la période des Fêtes et ce, peu importe leur situation financière.

Les ménages québécois alloueront, en moyenne, 393$ aux cadeaux et 241$ pour les autres dépenses, soit les repas, l’alcool, etc. En 2015, le budget prévu pour les deux catégories était respectivement de 386$ et de 268$, soit un total de 654$, contre 634$ en 2016, une légère baisse de 20$ pour l’ensemble du temps des Fêtes.

 «Les magasins d’alimentation spécialisés ont connu une baisse de 7% de leur chiffre d’affaires cette année, la plus forte parmi nos 20 catégories», dit Léopold Turgeon. La baisse des dépenses en repas et en alcool concorde donc avec une volonté des Québécois, dit-il, de surveiller leur budget en allant dans les magasins à grande surface.

Les Québécois auront généralement un comportement d’achat mesuré: un peu plus du tiers (38%) seront à la recherche du meilleur prix, un sur cinq (21%) se limitera aux achats prévus sur leur liste et 18% rechercheront les ventes en magasin.

D’ailleurs, 13% des Québécois sondés (contre 11% l’an dernier) disent vouloir faire leurs achats après Noël, afin de bénéficier des rabais.

Beaucoup de certificats-cadeaux

Parmi les Québécois qui effectueront des achats durant les Fêtes, près de la moitié  offriront une carte-cadeau. En 2016, les Québécois dépenseront 241 millions $ pour ce type de présent, 21 millions $ de plus que l’an dernier, et 50 millions $ de plus qu’il y a six ans seulement.

Les Walmart, Canadian Tire ou Sears, les magasins de vêtements, de livres, et les restaurants sont des choix populaires, selon le sondage.

«Les certificats-cadeaux sont pratiques, ils ne déçoivent pas, et c’est aussi un cadeau de dernière minute», constate Léopold Turgeon.

Plus d’achats sur en ligne

Près du tiers des Québécois achèteront au moins un cadeau sur Internet, pour un total de 128 millions $. Amazon est le site de prédilection pour la moitié de ces acheteurs (une hausse de 11% par rapport à 2015). «Les achats sur Internet ont plus que doublé depuis 2010, alors qu’ils totalisaient quelque 60 millions $», dit Léopold Turgeon.

La popularité des achats en ligne ne se dément pas.  «Et ce qui est déplorable et malheureux, poursuit-il, c’est que ces achats sont bien souvent faits à l’extérieur du Canada, et non soumis aux mêmes règles fiscales que les détaillants d’ici. Ce n’est pas équitable.»

Cela dit, après les grands détaillants, les  détaillants intermédiaires québécois sont de plus en plus nombreux à vendre en ligne, notamment sur les marchés internationaux, constate Léopold Turgeon. «Ils le font  timidement, sans faire de grandes annonces, mais ils sont de plus en plus actifs. »

Les séances de magasinage dans les centres commerciaux demeurent cependant de loin l’option la plus populaire. Comme l’an dernier, le sondage révèle que la grande majorité des Québécois (plus d’un sur deux) prévoit effectuer la majeure partie de leurs achats dans un centre commercial avec mail intérieur.