/news/law

Un jeune de 18 ans accusé du meurtre d’un pédophile à Québec

Pierre-Olivier Fortin | Agence QMI

Un homme de 18 ans, Yan Dugas, a été formellement accusé du meurtre prémédité de Mathias Breton, cet homme 73 ans tué à coup de couteau début octobre, dans l’arrondissement de Limoilou de Québec.

La porte-parole de la police de Québec, Marie-Ève Painchaud, a confirmé qu’il s’agit de la première accusation de meurtre à Québec en 2016.

archives, Agence QMI

Dugas a comparu au palais de justice de Québec, mercredi avant-midi. La mère de l’accusé était en larmes alors que lui semblait plutôt détaché. Il est demeuré  détendu pendant les procédures.

Le jeune suspect n’a pas d’antécédents criminels. Il a été arrêté dans une rue de Limoilou par le groupe tactique d’intervention de la police de Québec, mardi après-midi.

La victime avait été trouvée grièvement blessée dans une résidence située à l’angle de la 2e rue et de la 8e avenue, le 7 octobre dernier. M. Breton avait des antécédents judiciaires en matière d’agression sexuelle sur des mineurs. Il a été condamné à deux reprises. D’abord, il avait purgé une peine de deux ans, moins un jour, dans les années 80. Il avait ensuite passé six ans derrière les barreaux dans les années 90. Le lien entre l’accusé et la victime est toujours inconnu.

Mme Painchaud précise qu’une connaissance de la victime avait fait le 911 pour demander aux policiers d’aller faire des vérifications après avoir reçu un appel inquiétant de sa part.

La victime a été trouvée inconsciente et portait des marques de blessures causées par une arme blanche, a ajouté la porte-parole de la police de Québec. Des manœuvres de réanimations avaient été pratiquées, sans succès. Son décès avait été constaté à l’hôpital.

Les policiers considéraient sa mort comme suspecte. Les enquêteurs avaient demandé l’aide de la population, quelques jours plus tard, pour faire progresser l’enquête. Il s’agit du seul suspect dans cette histoire.

Dugas demeure détenu et reviendra en cour le 8 décembre prochain.

- Avec la collaboration de Kathleen Frenette