/news/currentevents

Le SPVQ a «d’autres chats à fouetter»

Nicolas Saillant | Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Le chef de police de Québec, Michel Desgagné, affirme que son service n’a jamais lancé une enquête visant la surveillance de journalistes.

«Dans les cinq dernières années, il n’y a jamais eu d’enquête de ce type», a dit M. Desgagné. Il indique d’ailleurs que la réponse du maire Labeaume mardi sur le sujet provenait directement de lui.

Plus encore, il affirme ne jamais avoir mené d’enquête interne sur des policiers de son service soupçonnés de donner de l’information aux journalistes. «On a d’autres chats à fouetter», a-t-il ajouté.

Par contre, le directeur, qui prendra sa retraite le 31 décembre prochain, après 40 ans de service, dont cinq comme chef, avoue qu’il y a une préoccupation en ce sens, notamment en ce qui a trait aux enquêtes criminelles. «Il y a une préoccupation sur le serment de discrétion de nos collègues et on doit faire des rappels.»

Retraite

Ému, Michel Desgagné a fait un bilan de carrière, lui qui est devenu policier en 1977 et quittera son poste au tournant de l’année. Il se dit notamment fier de quitter un service où «un bon climat de travail règne».

«Il est toujours difficile de quitter le navire, mais le vaisseau est en excellente condition», a-t-il dit avec émotion.

Dans la même catégorie