/news/politics

«On va travailler avec le choix du peuple américain»

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Alors que Donald Trump chauffe Hilary Clinton dans les sondages à moins d’une semaine de l’élection américaine, le gouvernement Trudeau assure qu’il entretiendra une «relation très étroite avec le prochain locataire de la Maison-Blanche».

«On va travailler avec le choix du peuple américain», a martelé le chef de la diplomatie canadienne, Stéphane Dion, en entrevue avec QMI dans son bureau du Parlement.

Ottawa craint-il l’élection possible du milliardaire américain Donald Trump dont les déclarations controversées ne se comptent plus? «On va travailler avec le président ou la présidente», a répété le ministre des Affaires étrangères, sans déroger du message officiel du gouvernement.

La candidate démocrate conserve 88% des chances de l’emporter mardi prochain, selon un modèle mathématique développé par le «New York Times».

Les plus récents sondages indiquent toutefois que Donald Trump et Hillary Clinton sont au coude à coude dans les intentions de vote, après la relance par le FBI de l’affaire de ses courriels le week-end dernier.

Cela dit, pour M. Dion, quel que soit le vainqueur, le gouvernement s’efforcera de faire en sorte «que le locataire de la Maison-Blanche soit bien informé des réalités canadiennes», signale-t-il, notamment sur la question de «l’ouverture des marchés ou [pour] éviter le protectionnisme».

De façon étonnante, même s’il est au pouvoir depuis à peine un an, Justin Trudeau pourrait bénéficier d’un contexte favorable sur la scène internationale, l’aidant à s’affirmer auprès du prochain chef de la première puissance mondiale.

C’est que le premier ministre canadien deviendra l’un des doyens parmi ses homologues du G7, un groupe de pays formé de plusieurs puissances économiques, si les joueurs actuels sont battus lors des prochaines élections générales.

Français et Allemands sont appelés aux urnes dès l’an prochain, les japonais et les italiens, l’année suivante. Theresa May, la première ministre anglaise, est quant à elle arrivée en poste en juillet dernier, dans la foulée du Brexit.

«Je crois que M. Trudeau s’est très bien affirmé sur la scène mondiale. Il serait difficile de trouver une personnalité politique qui a plus de profils que lui en ce moment, à travers le monde», note Stéphane Dion.

«Une fois que le président [Barack] Obama ne sera plus là, effectivement, on comptera encore plus sur Justin Trudeau, très probablement», précise-t-il.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.