/news/politics

Victimes d'actes criminels: une directive sera transmise à l'IVAC

TVA Nouvelles

«Une directive sera transmise aux gens de l’IVAC concernant les parents d’enfants qui sont assassinés par les ex-conjoints et ex-conjointes», assure la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

Dans un reportage de «J.E.» présenté mardi soir, des parents, dont les enfants ont été tués par leur conjoint ou ex-conjoint, ont raconté les dures batailles menées afin d’être reconnus victimes d’actes criminels par l’IVAC.

«On est en mesure d’identifier que le parent est aussi visé par l’acte parce que c’est un acte de vengeance à l’égard du parent dans un contexte extrêmement troublant», ajoute-t-elle.

Rapport du Protecteur du citoyen

Dans son rapport publié au mois de septembre dernier, le Protecteur du citoyen estimait que le régime public d’indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC) n’est pas assez «empathique» à l’égard des personnes qui sont au centre de sa mission. Le rapport proposait 33 recommandations pour améliorer la situation dans le cadre légal actuel et sans impacts budgétaires.

Québec entend donner suite à ces recommandations.

«Notre objectif est de déposer un plan d’action d’ici le 9 décembre pour répondre aux différentes recommandations du Protecteur du citoyen (...) on a un grand souci de s’assurer que cette loi, qui est une loi réparatrice, puisse servir au pourquoi elle a été mise en place », affirme la ministre Vallée.

 

Dans la même catégorie