/news/world

Les présidents des États-Unis les moins intelligents

TVA Nouvelles

Même si le poste de président des États-Unis n’a aucun égal dans le monde, certains dirigeants du pays de l’Oncle Sam ne sont pas réputés pour leur quotient intellectuel élevé. Voici la liste des dix présidents qui obtiennent les moins bons résultats dans cette catégorie.

10. Gerald Ford : 127,08

Gerald Ford

Maison-Blanche

Gerald Ford a été le 38e président des États-Unis de 1974 à 1977 sous la bannière républicaine. Avant son séjour au Bureau ovale, Ford était un joueur de football tout étoile à l’Université du Michigan, recevant des offres des Packers de Green Bay et des Lions de Detroit dans la NFL. Il a préféré se tourner vers la pratique du droit, à l’Université Yale.

9. William Howard Taft : 126,9

William Taft

Maison-Blanche

William H. Taft a été le 27e président des États-Unis de 1909 à 1913 sous la bannière républicaine. Taft était le choix du président Theodore Roosevelt pour lui succéder à la présidence. Celui-ci n’a toutefois répondu que très modestement aux attentes, admettant même à Roosevelt dans une lettre qu’il avait connu moins de succès que plusieurs autres présidents avant lui.

8. Andrew Jackson : 126,25

Andrew Jackson

Maison-Blanche

Andrew Jackson a été le 7e président des États-Unis de 1829 à 1837 sous la bannière démocrate. Jackson était reconnu pour son tempérament bouillant, tant comme président que soldat. Sa présidence a été marquée par plusieurs controverses, dont une tentative de destruction de la Banque fédérale américaine.

7. James Buchanan : 125,93

James Buchanan

Maison-Blanche

James Buchanan a été le 15e président des États-Unis de 1857 à 1861 sous la bannière démocrate. L’homme politique est considéré comme l’un des pires présidents de l’histoire du pays en raison de son incapacité à gérer le dossier de l’esclavagisme. Un sondage de l’Institut Brookings, mené en 2015, le place d’ailleurs au dernier rang des présidents.

6. Zachary Taylor : 125,65

Zachary Taylor

Maison-Blanche

Zachary Taylor a été le 12e président des États-Unis de 1849 à 1850 sous la bannière du Parti whig. Taylor fut un héros de la Guerre américano-mexicaine, mais ses habiletés militaires ne se sont jamais traduites en qualité de président.

5. Andrew Johnson : 125,65

Andrew Johnson

Maison-Blanche

Andrew Johnson a été le 17e président des États-Unis de 1865 à 1869 sous la bannière démocrate. Né dans une famille modeste, Johnson n’a jamais reçu d’éducation collégiale, mais s’est tout de même avéré un homme politique habile, parvenant à rapidement grimper les échelons jusqu’à la Maison-Blanche.

4. George W. Bush : 124,88

George W. Bush

Maison-Blanche

George W. Bush a été le 43e président des États-Unis de 2001 à 2009 sous la bannière républicaine. Durant son temps à la Maison-Blanche, Bush a régulièrement été critiqué pour son manque de sens critique et d’analyse. Son QI estimé le place dans la moyenne américaine pour un diplômé collégial.

3. Warren G. Harding : 124,3

Warren G. Harding

Maison-Blanche

Warren G. Harding a été le 29e président des États-Unis de 1921 à 1923 sous la bannière républicaine. Avant d’atterrir à la tête du pays, Harding a occupé plusieurs emplois, notamment d’enseignant, de journaliste et de vendeur d’assurances. Son mandat à la présidence s’est interrompu subitement lorsqu’une attaque cardiaque l’a terrassé à sa troisième année à la Maison-Blanche.

2. James Monroe : 124,13

James Monroe

Maison-Blanche

James Monroe a été le 5e président des États-Unis de1817 à 1825 sous la bannière du Parti démocrate-républicain. Il est le seul président, outre George Washington, à ne subir aucune opposition au moment de sa réélection. Même si son QI estimé est parmi les plus faibles de l’histoire, la présidence de Monroe, l’un des pères fondateurs des États-Unis, est considérée comme une réussite.

1. Ulysses S. Grant : 120

Ulysses S. Grant

Maison-Blanche

Ulysses S. Grant a été le 18e président des États-Unis de 1869 à 1877 sous la bannière républicaine. Malgré sa contribution à la fin de la guerre civile aux États-Unis, la présidence de Grant est considérée comme terne par les historiens. Ces derniers ont d’ailleurs amplement souligné son style corrosif et sa tendance à consommer de grandes quantités d’alcool.

Source: Inside Gov

Dans la même catégorie