/news/world

Mode d'emploi pour l’élection présidentielle américaine

Agence France-Presse

L'élection présidentielle américaine a toujours lieu le mardi suivant le premier lundi de novembre, obligation inscrite dans une loi de 1845.

Suffrage universel indirect à un tour, dans les 50 États et le District de Columbia (la ville de Washington, qui ne fait partie d'aucun État).

Les électeurs votent pour les candidats à la présidence et à la vice-présidence. Dans chaque État, en fonction des résultats du vote, les candidats engrangent des grands électeurs.

Ils sont 538 au total, et leur nombre varie selon les États, en fonction de leur population. Chaque État a autant de grands électeurs que d'élus à la Chambre des représentants (nombre qui dépend de leur population) et au Sénat (deux, nombre fixe dans tous les États).

La Californie en a par exemple 55, le Texas 38, l'État de New York 29, la Floride 29, et à l'autre bout, le Vermont, l'Alaska, le Wyoming et le Delaware n'en ont que 3.

Ces grands électeurs, qui composent le collège électoral, éliront ensuite officiellement le 19 décembre le président et le vice-président, une formalité.

Un candidat doit obtenir la majorité absolue des 538 grands électeurs, soit 270.

Dans tous les États sauf deux, le candidat qui remporte la majorité des voix rafle tous les grands électeurs de l'État.

Dans le Nebraska et le Maine, ces grands électeurs sont attribués à la proportionnelle.

Certains États sont historiquement démocrates, d'autres résolument républicains. Vu le mode de scrutin, les candidats se concentrent donc sur une douzaine d'États qui peuvent basculer d'un côté ou de l'autre, et avoir un impact sur le résultat de l'élection.

Les plus importants sont ceux qui ont le plus de grands électeurs, comme la Floride (29), la Pennsylvanie (20) ou l'Ohio (18).

Selon les élections, ces États-clés peuvent changer.

Dans la même catégorie