/news/world

Une activiste Femen montréalaise proteste contre Trump

Lise Millette | Agence QMI

Une activiste du mouvement Femen bien connue au Québec, Neda Topaloski, a été arrêtée mardi avec une autre militante après s’être dévêtue dans un bureau de scrutin de Manhattan, pour dénoncer Donald Trump.

Neda Topaloski et Jordan Robson, une Femen américaine, ont choisi de mener leur coup d’éclat dans le bureau de vote où Donald Trump a déposé son bulletin.

«Nous voulions passer notre message politique pour l’égalité et la liberté et nous prononcer contre Donald Trump», a précisé Mme Topaloski en entrevue avec l’Agence QMI.

La militante montréalaise a dû se frotter à une lourde présence policière.«La police de New York était là, les services secrets, donc on s’est fait arrêter assez rapidement, mais je dirais que la police a été respectueuse avec nous, je dirais même beaucoup plus que mon expérience au Québec», a confié la Femen.

Les deux jeunes femmes ont été amenées au poste de police. Aucune accusation criminelle n’a été déposée contre eux, mais elles devront tout de même répondre de leurs gestes.

«Par contre on a eu une offense au municipal pour propagande électorale. Nous avons dû attendre en cellule quelques heures et nous devrons revenir en cour plus tard. Je pensais honnêtement que les conséquences seraient plus graves que ça», a mentionné Neda Topaloski qui ignore quel sera le montant de l’amende imposée.

Les deux activistes ont suscité des réactions variées. Certains électeurs ont déploré leur irruption, demandant qu’elles soient placées en prison. D’autres étaient plutôt sympathiques et médusés.

Mardi soir, les deux jeunes femmes avaient été libérées et se trouvaient dans un bar pour suivre les résultats des élections présidentielles américaines.

«Notre objectif était vraiment de faire en sorte que la démocratie triomphe contre les politiques de la haine et de peur de Donald Trump», a dit la militante, disant constater une palpable fébrilité à New York.

Dans la même catégorie