/news/world

Merkel rappelle à Trump l'importance des valeurs démocratiques

Agence France-Presse

La chancelière allemande Angela Merkel a averti mercredi Donald Trump qu'une future «coopération étroite» entre leurs deux pays devrait se fonder sur les valeurs communes démocratiques et rappelé au président élu sa «responsabilité» au niveau mondial.

«L'Allemagne et les États-Unis sont liés par des valeurs, la démocratie, la liberté, le respect du droit, de la dignité de l'homme indépendamment de sa couleur de peau, de sa religion, de son sexe, de son orientation sexuelle ou de ses convictions politiques», a déclaré la chancelière à Berlin.

«C'est sur la base de ces valeurs que je propose une coopération étroite au futur président des États-Unis, Donald Trump», a-t-elle ajouté, alors que ce dernier a multiplié durant sa campagne les déclarations controversées sur les femmes, les minorités et sur ses adversaires politiques.

Mme Merkel, que le milliardaire a régulièrement attaqué dans le passé en raison de sa politique d'accueil des réfugiés de Syrie, a aussi tenu à rappeler que le futur chef d'État allait devoir «porter une responsabilité qui se fera sentir presque partout dans le monde» du fait de son «énorme puissance économique, son potentiel militaire et de son influence culturelle».

Elle réagissait ainsi à la tentation isolationniste des partisans de Donald Trump aux États-Unis, qui entendent donner la priorité aux problèmes et aux intérêts de la population américaine.

La chancelière allemande a souligné que le partenariat avec les États-Unis devait rester un fondement de la politique étrangère allemande pour «surmonter les défis» du moment, citant «le bien-être économique et social, la politique climatique, la lutte contre le terrorisme, la pauvreté, la faim, les maladies».

Sur nombre de ces sujets, M. Trump, qui nie notamment le changement climatique, est en porte-à-faux avec la chancelière et la plupart des dirigeants européens.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier a d'ailleurs dit s'attendre à des temps «plus difficiles» sur le plan international avec l'arrivée à la Maison-Blanche du milliardaire américain.

«Donald Trump a eu durant la campagne électorale des propos critiques non seulement à l'encontre de l'Europe mais aussi précisément à l'encontre de l'Allemagne», a ajouté M. Steinmeier.

«Je pense que nous devons nous attendre à ce que la politique étrangère américaine devienne dans les prochains temps moins prévisible», a ajouté le responsable social-démocrate, appelant à ne pas sacrifier «la relation transatlantique» qui constitue «un fondement de l'Occident».

Un responsable du parti conservateur (CDU) de la chancelière allemande, Norbert Röttgen, qui préside la commission des Affaires internationales à la chambre des députés, s'est lui montré encore moins diplomatique.

Il a parlé à propos de la victoire de Donald Trump d'une «césure dramatique, d'ampleur historique», estimant que le futur président avait été durant la campagne électorale «la voix de l'intolérance, de la haine et même de la violence».

Sa victoire «est plus qu'une déception, elle constitue un choc», a-t-il dit.

Dans la même catégorie