/news/politics

Pauline Marois espère que Trump ne tiendra pas ses promesses

TVA Nouvelles

Pauline Marois, qui a marqué l’histoire politique en devenant la première femme à diriger la destinée du Québec, est déçue du choix du peuple américain et espère que Donald Trump ne tiendra pas ses promesses électorales.

«Je n’ai jamais imaginé que j’allais dire ça un jour dans ma vie de femme politique ou d’ex-femme politique: “J’espère qu’il ne respectera pas ses engagements”», a déclaré Mme Marois à Mario Dumont ce matin.

L’ancienne première ministre du Québec se montre préoccupée au plan économique et humain par la victoire de Trump.

«Ça m’inquiète, il  a eu des propos racistes, mais comme M. Trump a changé d’idée 25 fois dans sa vie, peut-être qu’il en changera encore», souhaite Pauline Marois.

Plafond de verre

La politicienne québécoise aguerrie espérait comme des millions de personnes qu’Hillary Clinton brise le plafond de verre en devenant la première femme à la présidence des États-Unis.

«Elle avait en un sens choisi un lieu mythique [où prononcer son discours de la victoire], un lieu avec un plafond de verre que les femmes ne parviennent jamais à défoncer. C’est quand même assez cruel. Je suis profondément déçue du choix qu’ont fait les Américains. Ils vont l’assumer, mais ça m’inquiète», poursuite Mme Marois.

Hillary Clinton n’a pas prononcé son discours de défaite cette nuit. Madame Marois croit qu’elle a bien fait. «Je me mets dans sa peau, je l’aurais peut-être fait tout de suite, mais c’est peut-être mieux de laisser retomber la poussière, de retrouver une certaine sérénité, choisir les bons mots. C’est pour elle une défaite crève-cœur, une défaite à laquelle elle ne s’attendait pas.»