/news/politics

Le Canada: refuge des anti-Trump?

TVA Nouvelles

Même si le trafic sur le site d’Immigration Canada est douze fois supérieur à la normale à la suite de l’élection de Donald Trump il serait étonnant de voir arriver au pays un afflux d’immigrants américains, selon l’avocat Patrick-Claude Caron, spécialisé en droit de l’immigration.

«Je serais très étonné (...) il y aura certainement des gens qui vont vouloir procéder à une immigration au Canada, mais selon moi ce sera plus ou moins significatif», dit-il.

«C’est un projet d’une vie l’immigration, ce n’est pas une réaction à une frustration, mais c’est quelque chose qui se fait sur une longue période qui exige énormément de documentation et de préparation», ajoute Me Caron.

Mardi soir, environ 200 000 internautes naviguaient sur le site. La moitié affichait une adresse IP provenant des États-Unis, tandis que les Canadiens généraient 37 % du trafic. L’ Australie (3 %) et le Royaume-Uni (1 %) complétaient le top 4 des régions du monde d’où provenaient le plus de demandes.

Un processus de longue haleine

Me Patrick-Claude Caron rappelle d’abord qu’il n’y a rien de simple dans le processus d’immigration et qu’il faut faire la distinction entre la résidence permanente et la citoyenneté canadienne.

«Probablement que lorsque les gens ont examiné les informations sur le site web ils ont constaté que ce n’est pas quelque chose qui va se faire rapidement et facilement».

Avant même de faire une demande de citoyenneté, «on doit d’abord présenter une demande de résidence permanente au Canada (...) et au fédéral le principal programme qui s’appelle "Entrée express" fait en sorte qu’on doit ni plus ni moins soumettre sa candidature aux autorités d’immigration et si notre profil est bien coté on sera invité à faire une demande de résidence permanente», conclut l’avocat.

 

Dans la même catégorie