/regional/montreal/montreal

«Déprimant» et «honteux»

Alors que la direction du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est une fois de plus dans la tourmente, la Fraternité des policiers de Montréal continue de tirer à boulets rouges sur le chef du Service, Philippe Pichet, et de réclamer sa tête.

Au lendemain de la diffusion par TVA Nouvelles d’un enregistrement dans lequel on entend M. Pichet faire état de l’obligation des policiers de donner des contraventions, le syndicat qui représente les agents réitère que le directeur «a perdu toute légitimité» pour rester en poste.

«Je trouve que c’est très significatif du climat qui règne au Service de police. Les cadres ne sont plus loyaux au chef, le chef ne réussit pas à orienter tous ses effectifs... Le chef a perdu la confiance des policiers depuis plusieurs mois, mais là on a aussi un signe clair et net qu’il a perdu la confiance de ses cadres», a déclaré en entrevue à TVA Nouvelles le président de la Fraternité, Yves Francoeur, en référence au fait que l’enregistrement en question a été fait par un cadre du SPVM.

Selon la Fraternité des policiers de Montréal, les deux seules priorités du directeur Pichet sont «la chasse aux sorcières à l’interne» et «les quotas de contraventions».

«On a un directeur qui fait les quatre volontés de l’Hôtel de Ville. C’est ça, le nœud du problème», affirme Yves Francoeur, ajoutant que le maire Denis Coderre semble désormais le seul à soutenir Philippe Pichet.

Le syndicat, qui estime qu’il existe une «proximité beaucoup trop grande en ce moment», plaide d’ailleurs pour une «meilleure indépendance» du SPVM par rapport aux élus municipaux.

«Ce n’est même pas drôle! Pour les policiers de la base qui font bien leur travail, qui veulent que les choses fonctionnent, qui veulent donner un service aux citoyens, c’est déprimant et, j’irais même plus loin, c’est honteux», conclut le président de la Fraternité.

Dans la même catégorie