/news/law

Grève des juristes: le gouvernement paralysé jusqu’au 28 décembre

Geneviève Lajoie

 - Agence QMI

STOCKQMI-PALAIS-JUSTICE

JOEL LEMAY/ 24 HEURES/ AGENCE QM

Le gouvernement du Québec risque d’être paralysé par les moyens de pression de ses juristes. Les avocats et notaires de l’État ont voté lundi pour que la grève générale se poursuive au moins jusqu’au 28 décembre.

Les juristes du gouvernement ont autorisé leur syndicat à emprunter quelques millions de dollars supplémentaires pour regarnir leur fonds de grève.

«On est dans la quatrième semaine de grève, on aurait pu penser que les gens s’essouffleraient, au contraire, ils ne s’essoufflent pas, ils votent encore plus fort» se réjouit le président des avocats et des notaires de l’État québécois (LANEQ), Jean Denis.

Montréal et pitbulls

Les juristes ont voté à 86 % pour la poursuite de la grève au moins jusqu’au 28 décembre.

À l’Assemblée nationale, le menu législatif sera mince d’ici la période des Fêtes. Très attendus, les projets de loi sur le statut de métropole de Montréal, sur les pitbulls et sur les pesticides pourraient ainsi être remis à plus tard. Il n’y a pas que les textes de loi qui en feront les frais. Tous les règlements, généralement adoptés par le gouvernement, sont sur la glace, sans parler des conseils juridiques en tout genre.

«Ça paralyse aussi en partie les tribunaux parce qu’on doit assurer les services essentiels, mais il y a quand même au-delà de 1100 causes qui ont été remises», insiste Me Denis.

Arbitre réclamé

Vu leur rôle particulier, les avocats et notaires de l’État souhaitent pouvoir négocier avec l’employeur en présence d’un arbitre choisi par les deux parties, ce que le gouvernement leur refuse.

Les deux dernières négociations entre les juristes et l’État se sont soldées par l’imposition d’une loi spéciale.

Dans la même catégorie